BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

The Muscadettes : Potion Rock

The Muscadettes : Potion Rock

Julie Ledoux
12 octobre 2012

Jumelles identiques à un cheveu près, les sœurs Chantal et Kathleen Ambridge forment The Muscadettes et balancent un rock garage inspiré des grandes dames du rock’n’roll.

Un cliché prend forme dès les premières minutes de l’entrevue sur la terrasse du Vices & Versa, en plein cœur de la Petite-Patrie. Les jumelles Ambridge parlent, comme le veut la logique, au même rythme et se complètent à un point tel qu’elles disent «je» et «nous» du même coup. Elles parlent musique expérimentale, grandes dames du rock, de Patti Smith à Alison Mosshart, Californie – où elles sont nées d’un père américain et d’une mère québécoise – et vélo à Amsterdam. Elles frôlent les 25 ans et envisagent déjà une tournée américaine, avant la sortie d’un album complet en 2013.

Leur premier EP homonyme – qu’elles livreront officiellement le 18 octobre –, elles l’ont pourtant travaillé pendant plus d’un an. «Quand on a déménagé à Montréal, on a découvert des musiciens qui tripaient en band, raconte Chantal, guitariste et chanteuse du groupe. On habitait dans le West Island quand on était jeunes, c’était presque la banlieue. Puis on a fait nos DEC à Lionel-Groulx, en musique, mais ce n’était pas ce qu’on cherchait vraiment.» Installées à Montréal depuis près de quatre ans, les sœurs Ambridge sont tombées dans la soupe musicale montréalaise dès leur arrivée. «On sortait voir des shows et on rencontrait du monde. Et ce band-là, ça s’est fait tellement naturellement», poursuit Kathleen, la brunette du duo, qui manie la basse et les chœurs.

C’est d’ailleurs dans l’un de ces lieux musicaux mythiques de Montréal, L’esco, que les Muscadettes – un nom inventé par Kathleen, inspiré du vin muscadet – en devenir ont rencontré Jocelyn Gagné (Les Breastfeeders) qui, de fil en aiguille, allait commencer à les accompagner à la guitare et enregistrer leur premier EP, mixé par Ryan Battistuzzi. «C’est le fun, il est tellement relax, s’amuse Chantal. Il nous laisse faire, c’est notre truc et il nous aide.» Complété par Jonathan Bigras (Les Guenilles, BP Black Piranha, Les Breastfeeders), le quatuor pousse un rock garage inspirant et maîtrisé. «On avait envie de faire des tounes simples mais bien écrites», assure Kathleen. «J’aime que ce soit quand même rentre-dedans», poursuit de son côté Chantal, celle qui forge les squelettes de leurs chansons avant de recevoir, comme elles l’affirment avec humour, le sceau d’approbation de sa sœur. «On est vraiment souvent sur la même longueur d’onde, précise Kathleen. Puisqu’on est sœurs, on est capables de se dire les vraies affaires. On ne prend rien personnel, je pense.»

Inspirées par les grandes dames du rock, Chantal et Kathleen Ambridge n’ont rien à envier aux Debbie Harry et autres Patti Smith de ce monde. «Des femmes qui ont du style et des couilles, c’est ce que j’aime en musique», rigole la brunette, avant de préciser que «dans la vie, on est quand même super sweet mais…»«…on est tomboys en même temps!» complète rapidement sa sœur. Entre l’esthétique rétro de leur premier EP et une présence scénique pratiquement punk, The Muscadettes rendent justice à un rock simple, efficace et accrocheur.

The Muscadettes
EP
(Indépendant)
themuscadettes.bandcamp.com

Spectacle-lancement le 18 octobre à 21h30, au Divan orange.

Crédit photo : Frederick Ouellet

Un commentaire
  • claude rockmont
    12 octobre 2012

    Encore un de ces band rétro .On a tu besoin d’un autre clone des runnaways ou Patti Smith? S’associer à des musiciens sans génie qui font dans le retro yéyé( breastfeeders) était pas l’idée du siècle. C est tu un manque d’idée et de créativité et talent qui nous fait voir tant de sosies du passé c’est ..sans intérêt…

Laisser un commentaire

iweb