BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

OK Volca : deuxième assaut

OK Volca : deuxième assaut

Marc-André Savard
9 septembre 2011

Tenez-vous bien, on s’apprête à vous parler de quelque chose de très rare dans le milieu hardcore. Non, on n’a pas déniché un albinos à trois bras dans un show de Comeback Kid. Encore mieux. On s’entretient avec OK Volca, une formation de St-Jean-sur-Richelieu qui ose s’égosiller exclusivement en français depuis 5 ans et qui s’apprête à lancer son deuxième album, Fréquence / Trémor.

Au nom de la raison

«C’est juste normal, c’est qui on est, explique Louis, le chanteur, lorsqu’on aborde l’inévitable question de s’user les cordes vocales en français. Les groupes [de francophones] qui chantent en anglais sortent toujours l’argument de vouloir tourner aux États-Unis, mais on est tous dans la trentaine, dans le groupe, alors on ne croit plus que la langue puisse décider si tu sors du Québec ou non. Quand la musique est bonne, on se fout de la langue. Quand j’étais jeune, tout l’monde trippait sur Wizo même si c’était en allemand! Plutôt que d’écrire en anglais et d’être moyen, on préfère bien le faire en français. Et puis, faut pas se le cacher, c’est plus facile d’obtenir du financement quand tu chantes en français…On fait pas d’argent, et on sait que c’est impossible d’en faire, mais c’est plate de payer pour jouer! »

Ça tourne

Puisque Ok Volca fait cavalier seul dans son genre, il n’a donc pas de difficulté à se démarquer. Leur plus récent vidéoclip, Facteur Temps, s’est même hissé à la deuxième position dans le top 5 franco de Musique Plus. Une rare salve de grosse caisse entre l’insupportable Raffy et des rappers qui ont l’goût de se mettre. «C’est sûr que dans cette jungle hip hop, on ressort pas mal, rigole Ben, l’un des deux guitaristes et la voix chantée du groupe. C’est un avantage d’être un peu tout seul [à faire cette musique en français].»

On a pourtant souvent annoncé la mort du vidéoclip à la télé. Utiliser cette méthode comme principal moyen de promotion, ça serait pas plus de l’époque SolidRok? «Je ne pense pas que nos vidéos attirent vraiment plus de monde à nos shows en ville, analyse Louis. C’est plus un phénomène régional. Peut-être qu’il y a moins de distractions en région, je sais pas…» «C’est clair que d’avoir un vidéo à Musique Plus aide beaucoup à se faire connaître en région, remarque Ben. Quand on va jouer à Sept-Iles et qu’on voit du monde connaître nos chansons, il y a rien qui bat ça!»

Alors que les principes du DIY refont surface plus que jamais à l’ère du Je-suis-pas-pire-sur-Facebook-alors-je-peux-faire-ma-promo-tout-seul, OK Volca insiste sur l’importance de Slam Disques, l’étiquette qui les prend en charge. «Ils sont trois chez Slam avec de l’expérience à mettre beaucoup d’heures à s’occuper des tournées, de la promotion, de la paperasse et d’à peu près tout… On a tous des jobs pendant la semaine alors on pourrait jamais s’occuper de tout ça!»

Une bonne drive

Les gars d’OK Volca ont néanmoins trouvé le temps de passer 350 heures de studio pendant deux mois pour enregistrer le nouvel album. «On a fait ça chez un ami qui a un studio dans notre coin [St-Jean-sur-Richelieu].» explique Ben. «On n’est pas du genre à s’enfermer dans un chalet dans le bois, précise Louis. C’était important de sortir du studio le soir et puis de faire nos affaires chez nous. Des fois, c’était dur sur la voix alors j’avais besoin d’un break…»

Pas surprenant puisque OK Volca rehausse l’intensité d’un cran sur ce second album, tout en gardant une bonne part de voix chantée. «On ne voulait pas faire un album plus accessible que le premier, explique Louis, mais en même temps, on ne cherche pas à être le groupe le plus heavy ou rapide possible. On veut juste avoir une bonne drive. » Et envoyer  toute la sauce en concert : «Le plus tripant, c’est vraiment d’être sur une scène, lance Louis sans hésitation. On a hâte de sortir l’album et de jouer!»

Lancement gratuit de Fréquence / Trémor mardi le 13 septembre 2011 au Petit Campus à 17h00, avec une prestation du groupe.

Un commentaire