BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Nouveau départ pour Rome Romeo

Nouveau départ pour Rome Romeo

André Péloquin
10 février 2012

Un collectif réunissant des musiciens aguerris connus dans des projets qui, aujourd’hui, résonnent toujours aux oreilles des nostalgiques, un EP tout de même bien accueilli par la critique et les mélomanes, une étiquette qui a le vent dans les voiles; sur papier, rien ne semblait pouvoir arrêter Rome Romeo. Près de trois années plus tard, plus rien, ou si peu… jusqu’à aujourd’hui. Après nous avoir servi une nouvelle pièce – « Secrets » en amuse-gueule sur la nouvelle compilation en ligne de Machette Records –, le quatuor revient à la charge avec une nouvelle offrande : le 45 tours Lucifemme qui prépare le terrain pour un premier album à venir en avril.

« Ça va jamais comment tu penses que ça va aller », lance la chanteuse Geneviève Tremblay en rigolant tout en revenant sur le récent « faux départ » de son groupe. Alors que Rome Romeo s’apprêtait à enregistrer de nouvelles chansons en studio, le collectif a dû recruter de nouveaux membres. « Le drummer – Jean-Benoit [Rodrigue] – voulait se concentrer davantage sur sa famille. J’crois qu’il n’était pas prêt à s’investir autant [dans un groupe de musique] avec une jeune famille à la maison, etc. Puis Bruno [Lamoureux] voulait se consacrer à un projet solo », explique-t-elle avant de préciser que « y’avait pas de conflit. On s’est séparés en bons termes. »

Ragaillardi par l’arrivée de l’ex-Psycho Riders Pascal Turcotte et par un coup de main du frère de Geneviève – « que je remercie d’ailleurs, car on ne l’a pas vraiment payé! » –, Rome Romeo s’est dirigé, guitares et claviers sous le bras, vers le Breakglass Studio, l’antre du ténébreux Jace Lasek (membre de Besnard Lakes et rat de studio qui a aussi touché aux commandes de certains enregistrements de Wolf Parade, Suuns, etc.). « Ça c’est super bien passé. C’est un gars drôle, gentil et facile d’approche. Si on avait un problème, on n’hésitait pas », commente Tremblay.

Puis, une autre tuile…

« On a dépassé le temps alloué », poursuit-elle. « Puis, pour le mix, ça s’est compliqué un peu, car c’est un gars hyper occupé! On a un peu perdu de temps à cette étape, car il devait partir pour une tournée en Chine! » Le collectif s’est donc tourné vers Adrian Popovitch (qui a déjà collaboré avec Priestess et Duchess Says par le passé). « Mais il n’était disponible qu’en juin! Nous, on a commencé à enregistrer fin janvier et ça n’a pas été mixé avant le mois de juin 2011. »

Néanmoins, l’album est finalement là, prêt à être lancé. En attendant, Rome Romeo fait patienter avec Lucifemme, un 45 tours de deux pièces qui peut donner un avant-goût, plus « dansant », de l’album… ou pas.

« Ces tounes-là proviennent de la même session que l’album. On a enregistré plus de tounes, justement pour se permettre d’en utiliser deux ou trois pour autre chose que l’album », précise Geneviève. « Ce sont des tounes qu’on ne voyait pas nécessairement sur le disque, alors je ne sais pas si on peut vraiment parler d’avant-goût, mais ça provient tout de même de la même session, du même studio, c’est mixé par les mêmes personnes, alors ça peut quand même refléter ce qu’on va retrouver sur l’album. »

Ainsi, le mystère reste complet, car même la première référence liée au groupe – son maxi lancé en 2009 – est à prendre avec un grain de sel aux dires de la principale intéressée. « Sur le EP, on s’apprivoisait mutuellement et on n’avait pas de direction précise – pis je ne veux même pas dire qu’on en a une depuis! –, mais on expérimentait beaucoup plus sur le EP que sur le 7″ et l’album qui va suivre. Pis le EP, en fait, c’était pas prévu qu’on le sorte! »

-        Ah non?

-        Non! Au départ, c’était que pour nous! Un genre de carte de visite à envoyer aux labels, etc. C’était pas quelque chose qu’on voulait « presser » puis distribuer par la suite. C’est David [Gagnon, propriétaire de Machette Records] qui a aimé ça et nous a dit « Pourquoi on ne ferait pas de quoi avec? » Alors, on s’est dit, « Ok. Pourquoi pas? » et ça a commencé comme ça!

Malgré les malchances et les rendez-vous manqués, le train Rome Romeo est de retour sur les rails et la chaudière semble chargée à bloc. « On veut absolument faire de la tournée! Ça ne sert à rien de mettre autant de temps et d’énergie sur un album si t’es pour t’asseoir dessus ensuite! », lance Geneviève.  « On a hâte de remonter sur scène, hâte de repartir à nouveau », indique-t-elle alors que le collectif lorgne autant les salles et bars du Québec, que ceux du Canada, des États-Unis, puis de l’Europe.

Lucifemme sera disponible à compter du 14 février. Rome Romeo le lancera officiellement ce samedi 11 février, au Divan Orange. L’album complet est prévu pour le mois d’avril.

romeromeo.com

3 commentaires