BangBang : bangbangblog.com

Je zappe et je mate

Été Hit

Jean-Nicolas Labrie
5 septembre 2008

Mon collègue Péloquin y est allé d’un bilan de ¾ d’année dans le Bang Bang du mois dernier. Trouvant l’idée inspirante, je me suis moi-même prêté à l’exercice, et au lieu de reculer jusqu’à janvier, je me suis concentré sur ces derniers mois d’été.

Ben oui, l’été 2008 est déjà derrière nous. Fuck que ça passe vite, c’est malade. Et même si y’a plu en masse pendant presque tout l’été, ce n’est pas les activités qui ont manqué, on a toujours trouvé le moyen de voir un bon show, d’aller voir un film qui avait de l’allure au cinéma. Répertoriés selon diverses catégories, voici donc mes coups de cœur culturels de l’été qui vient tout juste de passer.

Spectacles

Iggy & The Stooges, Osheaga
Bordel que c’était malade! Quand de telles légendes vivantes du rock se pointent en ville, je regrette, mais il n’y a aucune excuse qui tienne pour les avoir manquées. Malgré ses 60 balais, le vieil Iguane était, pour utiliser une expression de circonstance, dans une forme olympique et il a trouvé le moyen de nous botter le cul sérieusement. Un show qui s’est taillé une place dans mon top 3 à vie, c’est vous dire.

Le Nombre, FrancoFolies
Dans un Cabaret pas hyper rempli, la machine rock’n’roll qu’est Le Nombre y est quand même allée d’une prestation franchement convaincante, parsemée de plusieurs nouvelles compos qui, à défaut d’être rentre-dedans comme elles nous avaient habitués, avaient au moins le luxe d’être fort accrocheuses. Des pros en grande forme.

Mentions honorables: Bran Van 3000 au Jazz, Beast sur la scène MEG à Osheaga, Jonathan Painchaud aux Francos (je suis sarcastique), sans oublier Radiohead (encore une fois je suis sarcastique, je les déteste!)

Films

Let the right one in et [●REC], Fantasia
Sans contredit les deux meilleurs films de la sélection 2008. Le premier est un film suédois lent, très beau et émouvant, tourné dans un style qui rappelle Haneke et Kubrick. Le deuxième vient d’Espagne, nous a réellement foutu la trouille, et rappelle The Blair Witch Project et autres Cloverfield dans le style. Deux excellents films qui ont sauvé la mise d’une programmation plutôt moyenne.

Nés pour être sauvages: l’histoire de WD-40
Pour dire vrai, je m’attendais à une daube. Et à ma grande surprise, nous avons eu droit à un très bon film, même si on aurait pu enlever une bonne demi-heure au montage final. Un portrait d’une belle justesse, un groupe phare de l’underground québécois.

Mentions honorables: Heath Ledger et son Joker, Pineapple Express et son humour de débile mental, Quatre filles et leur jean 2

Télévision

L’été, la tévé, c’est nul. J’en ai déjà parlé dans une chronique antérieure. Quand c’est rendu que nos bulletins de nouvelles télévisés passent 20 minutes à parler d’un banal orage, ça fait dur pas pour rire. Néanmoins, je dois avouer que j’ai consommé les Olympiques de façon presque maladive et je dois lever mon chapeau à toute l’équipe de Radio-Canada qui nous a offert une couverture exemplaire à tous les niveaux. Dommage que la société d’État ait perdu la télédiffusion des Jeux de 2010 à Vancouver et de 2012 à Londres au profit de chaînes beaucoup moins bien nanties telles que RDS et TQS. Oh boy…

Mon coup de cœur de ces Jeux? Je pourrais dire Alexandre Despatie, Usain Bolt ou bien Michael Phelps, mais je vais pencher pour les trois athlètes qui ont représenté respectivement l’Afghanistan, le Togo et le Tadjikistan et qui ont permis à ces pays de remporter leur toute première médaille olympique de leur histoire. Dire qu’ici au Canada, on s’est plait d’avoir zéro médaille après une semaine de compétition…

La chanson de l’été 2008
La fameuse catégorie! Bien peu d’albums m’ont fait chavirer jusqu’à maintenant en 2008. Ceux qui me connaissent bien savent aussi que je préfère le vieux stock à la musique jetable qui se fait beaucoup aujourd’hui. C’est donc bien embêtant pour moi de vous dire quel pourrait bien être le hit de l’été 2008, car même si je ne les écoute pas, je les connais quand même, ces similis vedettes. Je vais y aller avec la toune que j’ai le plus écoutée cet été tiens: Pourvu qu’elles soient douces de Mylène Farmer. Une toune qui date de 1988. Le clip est génial en passant.

Une toune de 1988, hit de l’été 20 ans plus tard. Un problème avec ça, quelqu’un?

Bonne rentrée tout le monde.

je.zappe@gmail.com

Pas encore de commentaire.
ARCHIVES