BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Dramatik : Psyrapnanalyse

Dramatik : Psyrapnanalyse

André Péloquin
18 novembre 2009

…ou la petite histoire d’une Boîte noire retrouvée une vingtaine d’années après sa création.

L’Elizabeth est un petit casse-croûte haïtien qu’on retrouve au coin des rues Blaise-Pascal et Armand-Bombardier à Rivière-des-Prairies. Coincé entre un caffè et une succursale de Quebecor World, le petit commerce vibre au son des conversations animées des passants italiens et des « beep, beep, beep » des camions de livraison. À l’intérieur de l’Elizabeth, on retrouve autant une photo encadrée de Martin Luther King qu’une affiche de Dramatik, rappeur que le grand public a tout d’abord connu en compagnie d’Imposs et J. Kyll au sein du collectif Muzion. Le grand gaillard sort justement de la cuisine.

- Maman, t’as un client!

- Hum. Pas vraiment.

Après une première ronde d’entrevues à propos de son premier compact solo, Drama a bien voulu nous recevoir dans un lieu aussi intime que personnel pour nous révéler le contenu de sa Boîte noire.

« La Boîte noire, c’est dans ma tête, c’est le « crash » de mon enfance, c’est des choses dures que j’ai vécues. C’est aussi mon bégaiement. C’est quelque chose que tu ne peux pas comprendre. » Et pourtant, ce bégaiement pourrait presque être considéré comme une force pour cet artiste. Alors que ses propos sont aussi fluides que fielleux lorsqu’il rappe, Dramatik bégaie comme un DJ ferait du « scratching » : alors que l’aiguille dérape sur les sillons, Drama hésite ou répète pour souligner, voire rythmer les mots. Le fil des idées, lui, va toujours de l’avant. « La Boîte noire permet de me décoder. Le rap, c’est mon filtre. C’est ce qui permet de me faire comprendre. »

« Quand tu veux de la vérité, je record dans le booth » – « 40 Barz »

Pendant ce temps, la mère de Dramatik sert quelques clients.

- Sur la pièce titre de l’album, tu chantes « Maman s’il te plait, je veux savoir si tu m’aimes. Aime plus fort, j’t’entends pas ». Comment tes proches réagissent-ils à ces propos?

- Ce n’est rien de nouveau pour eux, mais je n’ai plus de rage, ni de rancune aujourd’hui. Ce n’est pas toujours évident. Prends « Au nom des pères » par exemple. Elle parle de mes difficultés à voir mon enfant avec les avocats et tout ça. Les bouts les plus « rough » sont passés. Ce n’est pas une affaire de « vengeance » et ce n’est pas de la colère non plus. Je veux juste qu’on comprenne d’où je viens. De toute façon, « La Boîte noire » n’est pas que mon histoire. C’est aussi celle de jeunes toujours en centres d’accueil, qui sont délaissés par leurs proches ou l’État. They can relate, you know.

- Te censures-tu parfois?

- Non. C’est comme si je donnais mon corps à la science, en fait. J’espère que ça va aider. Ça pourrait sauver des vies, qui sait. Tsé, tout le monde crache sur Sir Pathétik, mais je suis sûr que ces histoires de peines d’amour touchent les gens et sauvent des vies. SP et ses textes aident beaucoup aussi.

« Je suis le commandant. Tu peux pas me suivre, même sur Twitter. » – « 40 Barz »

À titre de membre de Muzion, Dramatik a endisqué deux compacts distribués par un « major », foulé les mêmes scènes que NTM et Wyclef Jean et a été récompensé d’une flopée de prix (album francophone hip-hop de l’année» au gala de l’ADISQ en 2003, artiste hip-hop de l’année au gala MIMI’s de 2000, etc.). Puis, plus rien.

Sauf quelques apparitions-surprises (une pièce enregistrée à la mémoire de Joe BG, une collaboration ici et là, etc.) Dramatik semblait porté disparu. « J’ai fait exprès de tirer sur la plogue de mon personnage Dramatik. C’est pourquoi j’ai limité les « featuring » et évité les « mix tapes » et trucs du genre. Je voulais m’assurer qu’on aimerait ce que j’allais produire par la suite pour ce que c’était et non pas parce que c’est un disque de Dramatik-de-Muzion. C’est comme dans Rocky IV. »

- Hein?!

- Tu sais, quand il va en Russie pour s’entraîner avant d’affronter Drago.

- Ok ! Quand il retourne à la nature, la forêt et la montagne? Quand il s’entraîne en compagnie de sa famille?

- Oui. Mais moi je voulais vraiment m’assurer qu’on aime ce que je fais pour ce que c’est et j’voulais m’assurer que je n’attirais pas de « yes men ».

- Ce n’est pas dangereux comme stratégie? Y’avait quand même un risque qu’on t’oublie.

- Je sais! C’était un « move » de kamikaze.

- T’as eu peur?

- Oui, mais y’a deux forces qui nous poussent dans la vie : la peur et la foi.

« T’as p’t’être du potentiel, mais t’es pas prêt » – « L’Épopée »

Bien sûr, alors que Dramatik préparait son retour, la scène hip-hop québécoise a été prise d’assaut par des rappeurs plus électro-ironiques qu’urbains et plus médiatisés que ghettoïsés. Alors que certains crient au scandale ou parlent de clivage, Drama préfère relativiser. « Ce n’est rien de nouveau, explique-t-il, c’est comme y’a des années au Québec, quand les chanteurs folk comme Paul Piché se sont mis à faire du folk plus pop. Faut s’adapter. C’est comme ça partout. J’ajouterais aussi que c’est tant mieux, car tout le monde y trouve son compte. »

Dramatik ajoute ensuite qu’il a découvert son genre de prédilection « back in the day » en buvant les paroles de Public Enemy, Biz Markie et de Slick Rick. Des artistes parfois « gangsta », mais aussi festifs que conscientisés. Des points de repère qui, vingt ans plus tard, seraient perdus au fil des années.

- Je crois que ça explique aussi pour le South a supplanté New York côté rap aux États-Unis. Auparavant, il y avait Big Daddy Kane et Rakim qui étaient très funky, très dansants. C’est trop « lyrical » maintenant alors qu’on danse, qu’on rap et qu’on chante dans le South. Ici, tu prends des groupes qui font la fête comme Radio Radio, c’est clair qu’ils vont attirer un public jeune.

- Pourquoi?

- Disons que t’es au cégep, que tu passes la journée la tête dans leurs livres ou que tu fais du 9 à 5. Ça m’étonnerait que tu veuilles écouter des trucs sombres ou profonds quand tu reviens à la maison. Tu veux faire la fête !

« Mon Zion, c’est le lieu ou tu vas m’retrouver » – « Mon Zion »

Bien qu’on imagine Dramatik fort occupé alors qu’il planche sur le booking de ses prochains concerts, bosse sur le scénario d’un dessin animé (oui, oui !) et qu’il échafaude une conférence destinée aux jeunes, on ne peut contenir la question suivante plus longtemps.

- Et le retour de Muzion, c’est pour quand ?

- Je n’ai pas de date, mais on travaille là-dessus.

- Vraiment ?!

- Quand on est monté sur scène avec Wyclef au festival des montgolfières en août, on parlait déjà sérieusement du retour imminent de Muzion. Puis J-Kyll et Imposs sont venus à mon lancement et on en parlé davantage. Comme Imposs et moi avons lancé nos disques, on attend que J-Kill complète le sien avant de se remettre dans Muzion. On doit compléter notre trilogie solo, you know.

La Boîte noire (7e Ciel) est présentement dans les bacs.

Dramatik

myspace.com/7iemecielrecords

Pas encore de commentaire.