BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Bad Uncle : OPÉRAtion chirurgicale

Bad Uncle : OPÉRAtion chirurgicale

Philippe McGinnis
21 mars 2013

Vous avez déjà vu un spectacle de cirque? Vous avez déjà pris une pas pire brosse? Bad Uncle offre une combinaison des deux avec A Surgeon’s Lament.

Bad Uncle n’est pas nouveau dans le giron de la scène locale montréalaise, le groupe roule sa bosse (ou son baluchon) depuis 2008 et compte trois albums et un EP à son palmarès. Il est même encore difficile de définir clairement son genre de musique. Selon ses dires, la musique de Bad Uncle serait – prenez une respiration – du grasscore-polkabilly-surf-gothic-opera-punk… avec la voix d’un chanteur de cabaret qui a mal viré.

Pour l’aider dans cette belle folie, Santosh Lalonde est accompagné par Pi Cutler à la guitare, Jean-Philippe Demers Lelotte à la contrebasse, Eli Richards au trombone et Ram Krishnan à la batterie. Et c’est en spectacle que l’énergie contagieuse du groupe et son désir de faire la fête se font sentir, transmis au public qui a tout autant le goût de s’en vider 10-12 derrière la cravate et de se servir de son corps comme d’une auto tamponneuse.

Décadence circassienne

Si les spectacles de Bad Uncle sont déjà bien huilés, ils atteindront un autre niveau avec un cabaret-opéra jumelant des numéros de cirque et de burlesque spécialement conçus pour le lancement d’A Surgeon’s Lament. Le groupe s’est associé avec la troupe Cirquantique, avec qui il avait déjà travaillé, par le passé, avec The Unsettlers (groupe au sein duquel jouent Santosh, Eli et Ram). Mais la genèse du spectacle lié au nouvel album de Bad Uncle, A Surgeon’s Lament, remonte à plus ou moins trois ans, alors que Santosh Lalonde roulait en homme-orchestre. Lalonde souhaitait mêler sa musique avec le monde du cirque, voyant une belle cohésion entre les deux univers. Après avoir fait part de ses projets à des gens du Labo Crack Boom – une petite troupe de cirque ayant dans ses rangs des scientifiques fous qui créent des créatures bizarres dans un laboratoire –, une vision artistique commune émergea. Il ne restait plus qu’à voir ce que ça donnerait, et ce fut chose faite lors du premier Festival du folk sale à Sainte-Rose-du-Nord ainsi qu’au festival Carmagnole, à l’été 2012. La troupe eut tellement de plaisir qu’elle souhaitait projeter le tout dans une autre dimension, cette fois-ci au Bain Mathieu, à Montréal.

Pour l’occasion, Bad Uncle a écrit une chanson inédite, d’environ 30 minutes, qui sera racontée et jouée par les acteurs du cirque. Santosh Lalonde résume l’histoire d’A Surgeon’s Lament ainsi: «Un chirurgien meurt dans un hôpital. Il revient “à la vie” en fantôme et fait d’horribles choses à ses patients. Il décide d’amputer des jambes, de mettre des yeux et des nombrils à des endroits inusités, etc. Après quelque temps, il s’aperçoit qu’il est seul dans l’hôpital et il s’ennuie. C’est là qu’il lui vient à l’esprit d’avoir une femme à ses côtés. Et il y parvient, en choisissant les meilleurs morceaux de ses plus beaux patients, et en assemblant cette créature parfaite. Elle s’avère finalement une abomination, et au moment de consommer leur mariage, la femme tombe instantanément enceinte et se met à expulser des bébés qui volent dans tous les sens. Ces monstres terrifiants, involontairement, déclencheront une guerre entre les vivants et les morts.» Un opéra sanglant, à la mesure de la folie de Bad Uncle.

Petit conseil : ne pas mettre vos plus beaux habits.

cirquantique.com

saybaduncle.com

Le samedi 23 mars à 20h30 au Bain Mathieu, en version opéra rock Cirquantique.

Le 31 mars à L’Esco, le 18 avril au Café Chaos et le 26 avril au Divan orange, et le 19 avril, au Bar Le Magog, en formation réduite.

Crédit photo : olivierbourget.com

2 commentaires Laisser un commentaire

iweb