BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Zéphyr Artillerie : V'la l'bon vent!

Zéphyr Artillerie : V’la l’bon vent!

Marc-André Savard
9 septembre 2009

Colette Provencher vous le dira, un zéphyr est un vent. Référence toute indiquée pour Zéphyr Artillerie, un groupe folk festif qui bourrasque fort depuis la sortie de son premier album, Chicago, paru l’hiver dernier. À cheval entre Québec et Montréal, le groupe s’est récemment arrêté au Divan Orange, en pleine canicule, dans le cadre de l’International de Musique Folk de Québec. En quête d’une brise, on s’est rendu à leur rencontre. Entretien avec les six artilleurs en train de se mettre sur leur 36 quelques minutes avant de monter sur scène.

Ajustons nos anémomètres et cernons d’abord la musique du groupe: on lui a collé l’étiquette traditionnelle, folk, thrash, rock, country et même punk. Alexandre Lefrançois, le batteur, boutonne sa chemise et tranche « Souvent on dit pour couper ça court qu’on fait du folk rock». Maxime Lefrançois, le guitariste, met son veston et égalise les bordures « J’aime plus [l’étiquette] folk que trad. Si j’me trompe pas, folk veut dire «peuple». Si on a à avoir un étiquette, folk ça marche!».

Chanter le walawa

Les références traditionnelles se font cependant bien sentir dans la mixture que nous sert Zéphyr Artillerie. Leurs textes sont ancrés dans le terroir québécois (ou plutôt dans le «territoire» comme l’indique la troupe sur sa page Myspace) et racontent le quotidien de la populace pris dans un cycle vicieux, non sans rappeler ceux de La Bolduc ou Plume. Tant qu’à chatouiller les racines québécoises, soufflons un peu sur les braises de la polémique de l’Aut’ St-Jean. Puisque Zéphyr partageait dernièrement la scène avec Lake of Stew ce soir, ils en pensent quoi de l’anglais lors d’un 23 juin? La fly à terre, Frédérick Carier, le chanteur, se sent interpelé: «Y a beaucoup de bands de francophones qui chantent en anglais pis ça fait ne jamais un scandale; des genres de duos de cowboys avec des séquences midi ou Pascal Picard. J’ne vois pas pourquoi on discrimerait l’anglais plus que l’espagnol ou le coréen qu’on essaie d’intégrer à la Saint-Jean depuis quelques années. En même temps, j’peux comprendre jusqu’à une certaine mesure que ça préoccupe des gens que la fête s’anglicise. Le point est pas là…Y a le «walawa» aussi. Tsé ceux qui chantent en anglais, mais qui ne le parlent pas: Walawa youuu…» Bref, les wannabe, ça écoeure.

Pétomane, moufette et Scotty Bowman

Mais là, stop, rewind. Pourquoi appeler l’album Chicago quand on s’inspire autant de son coin de pays? Alexandre remet les pendules à l’heure: « L’histoire du nom du groupe vient d’une société de pétomanes français au 18e siècle, des amateurs de pets. On s’est rendu compte que Chicago est une francisation d’un terme amérindien qui signifie «odeur de moufette». Le vent, la moufette, la scène musicale de Chicago…» Catherine Lefrançois, la multiinstrumentiste, conclut «pis Scotty Bowman!».

Ah ben ouais, il conseille les Blackhawks, tout s’emboîte!

Justement, Scotty Bowman prête son nom à une chanson sur l’album qui a même fait l’objet d’un vidéo-clip dans lequel un figurant incarne le célèbre coach.

- Z’aviez pas envie de faire des Dales Hawerchuk de vous et d’aller le rencontrer?

« On y a pas pensé, mais j’ai quand même envoyé la pièce sur un blogue du New York Times en espérant que ça aide! » répond Maxime. La grande rencontre est encore un «projet de vie» selon Catherine, mais en attendant, ça paraît bien d’avoir quelques mots du New York Times dans son dossier de presse…

Bowman ou pas derrière le band, Zéphyr Artillerie n’a pas fini de brasser la cabane, peu importe laquelle. «On a même fait un centre de personnes âgées!» rigole Alexandre. Le groupe travaille sur un maxi de chansons traditionnelles qui sortira cet automne en plus d’un second long jeu. En parallèle, Frédérick est un slameur actif à Québec, Catherine se fait aller la mandoline dans les Arpents Verts et Barbe Hallé et Alexandre est en studio avec Lwazo, du groupe hip-hop CEA, pour un projet rock. Décidément, les influences n’ont pas fini de se croiser dans le clan de Zéphyr Artillerie… Ah, ça rafraîchit ce courant d’air là!

En concert ce soir dans le cadre du spectacle de la rentrée de l’Université Laval.

zephyrartillerie.net

Cliquez ici pour visionner le clip « Scotty Bowman »

Un commentaire
  • Lise Bédard
    10 octobre 2009

    Bonjour vous tous, vous faite un travail formidable j`aime beaucoup votre musique folk vous donnez pas assez de spectacle à mon goût! c`est sûre que j`ai un petite préférence dans le groupe mais vous êtes tous bons.Continuer de faire de la bonne musique et à vous faire remarquer c`est ce qui compte. Bon travail