BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Vlooper: Histoire de famille(s)

Vlooper: Histoire de famille(s)

Marie Mello
6 novembre 2012

Pour quelqu’un qui n’a jamais voulu se consacrer à la musique, Vlooper a déjà une feuille de route impressionnante. Joint à Québec, le beatmaker et producteur parle de son parcours et de son nouvel album, Snowloops, première parution du label virtuel Music Is My Sanctuary du Montréalais DJ Lexis.

L’identité du membre le plus discret d’Alaclair ensemble reste assez mystérieuse. Outre la créativité et l’originalité dont il fait preuve sur les réalisations de la troupe bas-canadienne, on en sait peu sur lui. «Je n’ai jamais intentionnellement voulu être mystérieux, mais c’est vrai aussi que je n’ai jamais pensé à faire une bio ou de la promo», admet en riant Louis-Nicolas aka Vlooper/Veggie Looper/NRV Loopa. Issu d’une famille de musiciens, il apprend le piano dès l’âge de 4 ans puis entre en contact avec le hip hop à 12 ans. «C’est vraiment grâce au basket que tout a commencé. À Québec, le basket, le rap, les beats, c’était la même communauté. » Le basketball lui permet de rencontrer KenLo, proche ami et collaborateur, mais aussi le collectif Limoilou Starz dans lequel oeuvrent ses entraîneurs, dont Webster. En sixième année, il reçoit un nouveau «jouet», le logiciel de composition Fruity Loops (FL Studio) puis Boogat lui enseigne l’échantillonnage.

«Ça fait 14 ans que je fais des beats. Ça peut sembler beaucoup, mais y’a d’autres minces à Montréal vraiment dope qui en font juste depuis 3 ans», estime Vlooper, en parlant de la jeune scène hip hop/électro qui éclot depuis quelques années. C’est d’ailleurs à lui que reviendrait la paternité du terme «piu-piu» : disons qu’il a fait une blague plutôt réussie qui a ensuite été réutilisée pour désigner tout le mouvement auquel il appartient (à écouter : «Piu Piu Anthem», hymne humoristique au piu-piu conçu par Vlooper pour Artbeat Montreal). «Le beatmaking, c’était crissement abstrait quand j’étais au secondaire. Disons qu’à 12 ans, tu n’évolues pas aussi vite que quand tu as 18 ans, en 2012, et qu’il y a des tutorials pour tout sur YouTube!» Point taken.

Aujourd’hui âgé de 26 ans, Vlooper est l’auteur de nombreux albums ou EP tous diffusés sur le web. En plus de son travail avec Alaclair et certains de ses membres (KenLo, Eman), le producteur a cosigné plusieurs titres avec sa copine, Modlee. «On vient d’avoir un enfant et c’est un peu ce qui m’a permis de faire Snowloops. J’avais 2 semaines de congé pour faire plein de beats. Mais avant que ma blonde accouche, je ne savais pas que je ferais un album. Avec Alaclair, tout se fait toujours sur le fly. Tout ce qu’on a fait à date, à part peut-être 4.99, s’est décidé en 1 semaine maximum!» Faute de temps pour participer à l’album entier, la chanteuse «baduesque» est quand même présente sur deux pistes : une relecture intéressante de «Bag Lady» et la chanson «Little Queen», dédiée à leur petite fille. Ces collaborations font suite à Analog Love et Sunwalk, signés Vlooper/Modlee.

Snowloops a beau avoir été conçu spontanément, il n’en paraît rien. Innovateur et complet, expérimental mais accessible, il témoigne des influences diversifiées de Vlooper et le distancie un peu de son travail avec Alaclair. Du soul au r’n’b, en passant aussi par la samba, le producteur élargit son univers de références. «J’aime les projets à côté, mais je veux continuer de faire de la musique entre amis. Tourner sans Alaclair ne m’intéresse pas.» Il peaufine en ce moment le «vrai» deuxième album du collectif, enregistré cet été. «Ça risque d’être plus « enrobé ». En tout cas, un peu moins à la va-comme-je-te-pousse!»

Vlooper
Snowloops

(Music Is My Sanctuary)

Album disponible en ligne sur Music Is My Sanctuary.

vlooper.bandcamp.com

Photo : KenLo et Vlooper

Pas encore de commentaire. Laisser un commentaire

iweb