BangBang : bangbangblog.com

Semi-automatique

Une deuxième pointe de Pouzza Fest!

André Péloquin
17 mai 2012

Quelques semaines avant le début d’un été ponctué de festivals culturels à qualité variable, le Pouzza Fest revient à la charge et propose une programmation aussi grasse que savoureuse pour les amateurs de punk rock, de ska et d’autres genres musicaux à consommation rapide qui peuvent nuire à votre rythme cardiaque. Comme vous proposer un parcours est un exercice quasi impossible (comme certains concerts sont présentés à guichets fermés, on ne pourra pas toujours voguer d’une salle à l’autre), je vais plutôt vous présenter quelques coups de cœur détonnant des Lagwagon, Bouncing Souls et autres têtes d’affiche.

The Menzingers (en prestation le vendredi 18 mai, dès 19h45, aux Foufounes Électriques)

Issu des cendres du groupe ska Bob & The Saggets, The Menzingers est un projet punk rock de la Pennsylvanie qui est actif depuis 2006. Bien que méconnu du grand public jusqu’à tout récemment – en 2011, le collectif signait une entente avec la cultissime étiquette Epitaph puis lançait, en février dernier,  On The Impossible Past, un troisième album autant salué par les critiques punk que les généralistes -, The Menzingers propose un punk très rock – et parfois – qui s’avère très prolo dans ces thématiques, ce qui suscite autant le Against Me! des premiers jours que l’oeuvre des Bouncing Souls (ça tombe bien, le   quatuor de New Jersey suivra à 21h15). Pour les amateurs d’hymnes qui ne se chantent pas, mais qui se gueulent, le poing levé.

Kepi Ghoulie (en prestation le 18, dès 19h30 au Underworld)

Autrefois le leader du projet pop punk The Groovie Ghoulies qui, en 2007, allait lever les feutres après un divorce, Kepi se réinventait en chanteur solo aux accents folk dès l’année suivante. Des Ghoulies, Kepi garde un certain don « Ramonesque » pour les mélodies accrocheuses, mais ses nouveaux textes sont plus matures (tout en décochant quelques clins d’œil bon-enfant). Notez qu’il sera aussi en prestation le lendemain, dès 11 :30 au Théâtre Sainte-Catherine, dans le cadre de Pouzza Bambino, un concert pour les enfants punks et leurs parents qui le sont un peu plus.

Speed Massacre (dès 20h20, le 18, aux Katacombes)

Je garde toujours un souvenir très vif des concerts du collectif montréalais Speed Massacre. Après tout, comment résister à un groupe punk rock qui lance des vannes à son public tel « Payez-nous des shooters! C’est pas une joke! », « J’aimerais ça être à ta place, Montréal! » et, surtout, « On est Speed Massacre pis on fait jamais de rappels! » Heureusement pour lui, le projet – qui s’est fait plutôt discret depuis ses débuts explosifs – a le talent qui va avec un tel égo. En plus de compter sur l’ex-Le Volume Était Au Maximum Joakim Morin, Speed Massacre  profite aussi de l’expérience du Vulgaire Machin Guillaume Beauregard et d’Alex Crow, « guitar hero » pour pas mal de monde. Pour les amateurs de Randy, The Hives et de concerts qui pourraient bien se terminer en bagarre générale.

Vic Ruggiero (dès 23h05, le 19, au Underworld)

Sûrement l’artiste que j’ai le plus hâte de voir sur scène au Pouzza Fest, Vic Ruggiero est surtout connu à titre de membre du groupe ska culte The Slackers. En solo, Ruggiero succombe aux intonations jazz et bluesy de sa formation pour entonner des pièces folk irrévérencieuses qui ont du chien. Pour les fans de folk, bien sûr, mais aussi des Aggrolites, pourquoi pas.

Brutal Chérie (dès 20:15, le 19, au Théâtre Sainte-Catherine)

Voir mon paragraphe sur Speed Massacre (sans blague, les deux groupes ont plusieurs membres en communs). Pour les fans de Randy, voire des Breastfeeders. De plus, le groupe, en 2012, entretient toujours son MySpace. Faut le faire!

myspace.com/brutalcherie

Digestion dominicale…

La soirée de dimanche risque d’être improvisée en ce qui me concerne. Vais-je squatter le Club Soda afin de m’assurer une place à la soirée ska qui réunit, notamment, une trifecta de la troisième vague des années 90 (Less Than Jake, Suicide Machines et Voodoo Glow Skulls). Je suis aussi curieux de voir sur scène le projet solo de Matt Smasher, le gigantesque chanteur des Planet Smashers. En parlant de projets (presque) solos, les ex-Sainte Caths Hugo Mudie et Fred Jacques offriront une prestation gratuite aux Foufs dès 13 :45. Aussi aux Foufs : les légendes du hardcore Poison Idea (à 23:40) ainsi que les locaux Slobs (à 19 :30). En parlant de légendes, Classics Of Love (le nouveau projet de Jesse Michaels, autrefois membre de la fameuse Operation Ivy) terminera la soirée de spectacles aux Katacombes à 1 :00 du mat’. Quelques heures plus tôt, à 19 :40 en fait, on pourra aussi apercevoir Or Condor en prestation, un projet montréalais aux angles math rock qui promet.

Pis le lundi, on “call” malade. Bon Pouzza à tous!

Pour la programmation complète : www.pouzzafest.com

Pas encore de commentaire.

CHRONIQUES

Le petit tavernier
Sunny Duval
Le Bureau
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Tirer une conclusion puis sa révérence
Tout le monde est ego
Guillaume Déziel
Psy & Gangnam Style : l’attitude Creative Commons ?
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Le creux des vagues, une chronique psychiatrique