BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

The Steady Swagger : À l'abordage!

The Steady Swagger : À l’abordage!

Philippe McGinnis
29 mai 2013

The Steady Swagger s’apprête à sortir un deuxième album le 1er juin. Et la fête se poursuit grâce aux élans entraînants de leur folk sale et festif. Ils jouent du whiskeybilly, mais ils ne diront jamais non à un baril de rhum, et leur musique est explosive comme de la poudre à canon.

L’histoire de Steady Swagger a démarré il y a de cela deux ans quand Pi Sailin Cutler (guitare) et Mathieu Lacombe (contrebasse) se sont rencontrés sur la terrasse du Grumpy’s : «Je faisais du booking dans un bistro et après avoir parlé à Pi, je lui ai proposé de venir faire des spectacles où je travaillais. J’amenais ma contrebasse et on commençait à jammer ensemble. Puis le bistro a fermé et on est parti pour une petite tournée», raconte Mathieu.

Jusque là sans batteur, ils se servaient de leurs pieds comme percussions, mais certains petits restos trouvaient qu’ils faisaient pas mal de bruit, car il faut le dire, avec The Steady Swagger, on ne s’ennuie pas et l’alcool coule à flots. Mais on ne fait pas que retrouver des chansons à boire dans leur répertoire, les «pirates» nous racontent aussi leurs expériences de vie, et la récente arrivée de Brigitte Desjardins à la batterie qui, en apposant sa voix sur quelques chansons, est venu adoucir des passages entre la voix rauque de Pi et la voix grave de Mathieu.

Pour ce nouvel album, le groupe a enregistré le tout au Mainline Theatre, situé sur la Main : «On a décidé d’avoir un son plus vaste et donner un effet de grandeur. J’ai donc déménagé le studio de mon sous-sol pour aller là-bas, question d’avoir un enregistrement beaucoup plus riche, tout en essayant de garder l’esprit live», explique Pi.

Et l’effet est là, quand on écoute l’album, il est difficile de ne pas taper du pied, de ne pas se brasser la tête et on a le goût de mettre les voiles vers un bar. C’est ce qu’on retrouve quand on écoute The Steady Swagger, on a droit à un bel équilibre entre une énergie brute et intense, en gardant un côté joyeux et le goût de faire la fête. Brigitte tempère : «C’est ça qui est le fun, Mathieu trippe aussi sur le métal et le punk, et moi, j’ai toujours trippé sur le folk plus doux, mais en même temps, j’aime l’intensité de notre band parce que ça me permet de me donner à fond sur ma batterie, et créer un juste milieu qui fait que tous les membres se rejoignent.»

La musique qui voyage

Depuis quelques années, on voit réellement se dessiner une vague de folk sale avec l’arrivée de nombreux groupes qui naissent ici et là. Et ce n’est pas pour rien qu’un festival a été mis sur pied au Saguenay, pour réunir cette belle bande, à laquelle s’est joint The Steady Swagger. «Ce que je trouve vraiment intéressant, dit Brigitte, c’est que oui, c’est facile de faire des spectacles à Montréal et d’avoir autant de bands avec qui jouer, mais c’est aussi le fun qu’on ait une accessibilité à l’extérieur. Grâce à ces nombreux bands, on obtient une visibilité plus grande que s’il y en avait juste deux ou trois. On est comme une grosse famille qui s’entend bien ensemble!»

Leur expérience au festival du folk sale fut hyper positive, l’an dernier, lors de la première édition, puisque par la suite, remplir des salles au Lac-St-Jean et à Chicoutimi lors de leur premier passage dans la ville, se faisant aisément. L’effet s’est fait ressentir aussi un peu partout au Québec : «Ça nous fait vraiment plaisir de voir que notre musique se promène, continue Pi. Les gens achètent nos albums et on espère qu’avec notre plus récent, ils vont continuer de nous encourager et ça va peut-être même aller mieux parce qu’on est bien fiers du nouvel album.»

Ils ont également la chance d’avoir un ami australien qui, en retournant chez lui, a ramené des cds de Steady Swagger, et le Beat Magazine (basé à Melbourne) a classé le groupe dans le top 10 des artistes émergents à surveiller pour l’année 2012. Si parfois le hasard fait bien les choses, il ne reste plus qu’à leur souhaiter une tournée dans le pays des kangourous pendant le mois de janvier. Ahoy !

The Steady Swagger fera son lancement d’album au Petit Campus le 1er juin, en compagnie de B.W. Brandes (The Unsettlers) et The Maggoty Brats.

www.steadyswagger.com

Photo : Hubert Hotte

Pas encore de commentaire.