BangBang : bangbangblog.com

Mon chat s'appelle Paul Sarrasin

Redbullshit

Patrick Dion
16 octobre 2012

C’est ironique comment certaines choses sont dans l’air. Alors qu’on recevait l’astronaute Julie Payette à Cliquez la semaine dernière et qu’on discutait de conquête spatiale et d’évolution, un Autrichien un peu fêlé et en manque d’attention décide de sauter d’une capsule perchée à quarante kilomètres dans la stratosphère pour atteindre la vitesse du son en chute libre, tout ça en espérant ne pas prendre feu ou exploser dans sa combinaison. Bonjour l’évolution!

On s’entend que la seule raison pourquoi Felix Baumgartner s’est drapé de vide, c’est pour tenter de passer à l’histoire, celle avec un petit h, celle où n’importe qui peut se retrouver dans un recueil de records aussi épais en volume qu’en contenu. On ne parle pas ici de tenter d’améliorer le sort de la planète, ni de faire des expériences de survie dans l’espace. Felix est devenu une bête de cirque, l’espace de quelques heures, simplement pour inscrire son nom dans un livre, drette entre celui du gars qui a réussi à bouffer le plus de cornichons en une heure et celui de la fille qui est restée enfermée le plus longtemps dans des chiottes.

À croire que son cerveau était aussi en état d’apesanteur. C’est que Felix avait une chance sur deux de s’en sortir vivant. Z’avez vu le visage en larmes de sa mère quelques instants avant qu’il ne s’envole à bord du ballon de Nic et Pic? Damn, il l’a presque fait mourir avant lui. La course au vedettariat est-elle à ce point effrénée que les gens doivent risquer leur vie pour obtenir la reconnaissance de leurs pairs? Je sais pas si Felix a trouvé que, vue de loin, la Terre est toute petite. Moi, je constate que, vu de près, certaines idées le sont.

Le pire, c’est que ça fonctionne. Selon Youtube, Felix le stratonaute s’est fait épier par huit millions d’internautes dimanche. Huit fucking millions de voyeurs vissés à leur écran pour voir un gars attenter à sa vie, live sur les zinternets. En fait, il y a deux façons de voir ça. Soit on parle du visionnement d’une tentative de suicide en direct, soit les gens sont assez naïfs pour se taper une pub de Redbull pendant deux heures.

Quant à moi, le fait de savoir que le gars risquait d’y laisser sa peau était assez pour me faire fuir. Y a des trucs dans la vie dont je ne veux pas être témoin: un suicide en direct, un accident de char où des morceaux d’humains revolent partout, des gens qu’on égorge, éventre ou à qui on coupe la tête, un crétin qui se rentre une bouteille de bière dans le cul. J’ai jamais été très sensationnaliste.

La télé, plus frileuse, a moins osé. CNN refusait même de diffuser le saut tant qu’ils n’avaient pas confirmation qu’il était réussi. Respect! LCN, de son côté, épiçait de commentaires les images d’un Felix en ascension, tout aussi rouge que le Redbull dans lequel il trempait. Prochaine étape, l’ascension de Jésus sur un jingle de Labatt 50 au bulletin de 18 heures.

Et le vidéovore de hocher la tête en écrivant son prochain #hashtag.

J’ai toujours pensé qu’il existe deux types de personnes: les voyeurs et les exhibitionnistes. On est un peu l’un et l’autre mais on a tous un côté qui prédomine. Dimanche après-midi, ils étaient huit millions de voyeurs à se demander si le gars était pour s’écraser à l’atterrissage. Huit millions de voyeurs pour un exhibitionniste over-dressed. Ça ferait une mauvaise moyenne pour le Club Orage.

Depuis la création de Youtube, depuis la démocratisation de la vidéo, depuis l’avénement de la télé-réalité, tout le monde pense mériter son heure de gloire. Tous croient n’être qu’à un tout petit pas du statut de vedette. “Pourquoi eux pis pas moi?”. Et on l’accepte, on le subventionne à coup de dix cennes du clic, en se nourrissant de la vie des autres comme on assisterait à une fiction au petit écran. On mange la bouffe du poisson rouge en regardant à travers le bocal. Dans les deux sens. Tout ça en rêvant d’être la prochaine grande vedette du faux téléroman des autres.

Qu’arrivera-t-il de Felix? Vous l’avez dans le mille. Dans moins de deux semaines, il sera tombé dans l’oubli. Son nom aura glissé des lèvres comme un atome d’oxygène dans l’air chaud. Si l’envie vous prend de vouloir marquer l’Histoire, essayez donc d’abord ces quelques suggestions qui feront peut-être une vraie différence: aider un ami, tendre la main, écouter quelqu’un qui en a besoin, donner de son temps.  Vous verrez, c’est crissement plus gratifiant que de sauter d’une capsule ou de tremper dans le spa d’un bungalow californien avec d’autres concurrents d’Occupation Double.

6 commentaires
  • Marc-André Savard
    16 octobre 2012

    T’as des bons points, sauf que le Felix en question, il s’est pas levé un matin pour se lancer en bas d’une grosse baloune pour faire rire ses chums. Il s’est entraîné pendant des dizaines d’années pour devenir l’un des meilleurs base jumpers au monde, et il a planché pendant 5 ans sur ce seul saut.

    Si 8 millions de personne l’ont regardé faire, c’est pas pour espérer voir quelqu’un crever en direct. Comme au rodéo, c’est pour voir quelqu’un repousser les limites et atteindre un niveau qui lui a pris des dizaines d’années à atteindre. Oublions pas, c’est le premier homme à avoir franchi le mur du son en chute libre. Tant qu’à moi, le gars qui détient le record de mangage de pickles fait pas l’poids à côté de ça…

    Le saut de Baumgartner est avant tout une spectaculaire démonstration de persévérance. Pas ça qui va donner de l’eau à tout l’monde sur la Terre, mais le même genre de tenacité et d’insouciance qui a fait jouer Marie Curie avec des affaires vert fluo.

  • Martin Roussy
    17 octobre 2012

    La conception du  »suit » de M. Red Bull en aura fait beauuuuuucoup pour la conception des  »suits » des futures astronautes… dont Julie Payette.

    C’est facile de dénigrer un évènement aussi médiatisé, mais il y a a eu des années de recherche avant de pouvoir se lancer.

    Sensationnalisme? Un peu! Petite victoire de la science? Yep!

  • Charles Ouellet
    17 octobre 2012

    Tu chiales pourquoi au juste?
    C’est cool ce qu’il a fait.
    Tu passes pour un braillard qui chiale sur n’importe quoi.
    C’est pas la nasa, c’est redbull!
    Redbull fait dans le divertissement et le sport extreme.

  • NotDead
    20 octobre 2012

    @Martin Roussy
    La valeur scientifique de la chose a fortement été mise à l’épreuve par un journaliste scientifique, lundi dernier à la radio de R-C. http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6089311 (vers 14:30)

    Les conditions du saut de Baumgartner correspondent très peu à celles des astronautes (beaucoup plus grande altitude, vide plus poussé, vitesse d’entrée dans l’atmosphère à vint-cinq fois celle du son), bref, peu de valeur scientifique utile dans le truc de Baumgartner.

  • Pat Burns
    30 octobre 2012

    @Charles Ouellet

    Redbull ne fait pas dans le sport extreme, Redbull fait dans le POISON énergéique.

    PS: DRINK WATER ;)

  • Pat Burns
    30 octobre 2012

    * énergétique

Laisser un commentaire

CHRONIQUES

Le petit tavernier
Sunny Duval
Le Bureau
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Tirer une conclusion puis sa révérence
Tout le monde est ego
Guillaume Déziel
Psy & Gangnam Style : l’attitude Creative Commons ?
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Le creux des vagues, une chronique psychiatrique
iweb