BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Louis-Philippe Moar : Nomadisme nouvelle génération

Louis-Philippe Moar : Nomadisme nouvelle génération

Julie Ledoux
10 juillet 2013

Il venait d’avoir 18 ans… et avait déjà un parcours à faire saliver les jeunes DJ et musiciens amateurs qui rêvent d’une carrière professionnelle. Louis-Philippe Moar est Deejay Elmo en solo et membre du groupe Red Rockerz, qui file vers les plus hauts sommets de l’électro made in Manawan.

Oui, Manawan. C’est que Louis-Philippe Moar est d’origine atikamekw et habite toujours dans la communauté qui l’a vu grandir, à quatre heures au nord de Montréal, pour quelques semaines encore. Il prendra toutefois bientôt la route de Montréal, histoire de se rapprocher de son étiquette de disques et de son distributeur, soit l’ensemble Stressed Street Entertainment, Flight Academy Music et Universal Music Group France/DEP, en plus de Believe Digital, qui aide à la distribution du premier album de Red RockerzElectronic Gangster, paru en mai dernier. Que ça.

Retour en arrière

C’est en 2007 que Louis-Philippe goûte pour la première fois à la musique, jouant tout d’abord du piano, puis s’adonnant plutôt aux consoles et logiciels pour façonner son style s’alignant alors sur l’électro aux rythmes franchement dansants. Rapidement mis en contact avec ce monde musical qu’il aime frénétique, Moar doit à son père le goût du genre. «Je suis fils de DJ! Mon père aime beaucoup la musique électronique. Il m’a permis de m’y intéresser. J’ai commencé à travailler là-dessus et à faire des beats très… amateurs. Maintenant, tout est bien masterisé et c’est beaucoup plus professionnel.»

D’abord créateur en studio, à Manawan, c’est avec Wapikoni mobile que le jeune musicien a pu réaliser ses premiers vidéoclips, il y a cinq ans déjà, ce qui a même permis au clip de Kick It Now de se rendre jusqu’au Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand. Puis vint la collaboration avec Musique nomade – qui œuvre avec la musique comme la Wapikoni œuvre avec la caméra –, en 2012. «Musique nomade m’a beaucoup aidé à me faire des contacts. Avec le site, tout devient plus proche. Les gens me contactent plus facilement.» Véritable porte d’entrée vers le monde pour les jeunes musiciens autochtones, Musique nomade a également favorisé les rencontres avec des professionnels. «J’ai aussi pu demander conseil aux artistes qui venaient y travailler. J’ai pu discuter avec DJ Horg, qui était de passage avec l’équipe, pour bien établir mon contrat d’enregistrement. Il m’a vraiment expliqué comment ça fonctionnait.»

Plonger tête première

Avec un ami et trois de ses cousins – David OttawaDavid Ottawa FlamandFred Nikweto et Oshim Ottawa –, Louis-Philippe Moar forme Red Rockerz, où cinq DJ s’activent et défoncent les planchers de danse. «Se lancer là-dedans, c’est quand même difficile. Il faut plus de promotion. C’est ce que je travaille le plus, en ce moment. Internet, ça m’aide beaucoup, ça me permet de montrer qui je suis, avec mon groupe. C’est vraiment une fenêtre sur notre travail pour que les gens puissent nous découvrir.»

Il y a un an à peine, Moar et ses compagnons résonnaient sur la plateforme Web Musique nomade et aujourd’hui, le monde s’ouvre devant eux, avec la venue d’une seconde parution, un maxi, pour le mois d’août. Tout en mettant de côté son projet solo pour le moment, pour foncer tête haute dans l’aventure Red Rockerz, Louis-Philippe a pris les choses en mains. À 18 ans, on a connu carrière plus tranquille.

Red Rockerz sera à la FALLA 2013 de la TOHU, le 16 août. Le groupe sera aussi de passage à Présence autochtone et à Maliotenam, en août prochain.

Écoutez Louis-Philippe Moar, Deejay Elmo et Red Rockerz sur Musique nomade


Pas encore de commentaire.