BangBang : bangbangblog.com

Le petit tavernier

L'Espace Public

L’Espace Public

Sunny Duval
21 juin 2012

J’habitais le Plateauchelaga depuis 2004, j’habite maintenant Maisonneuve, semble-t-il. Je préfère appeler mon nouveau quartier Hoche. Comme un vieil ami.

Mon nouveau vieil ami me fascine depuis longtemps, avec ses hot-dogueries, ses patateries, ses aubaineries et ses taverneries. On trouve ici tout ce qui se liquide pas cher, avec plus ou moins de qualité selon l’endroit mais toujours avec cœur.

Le franc-parler des locaux est inné, la convivialité aussi. Ici, je retrouve cette vie à la bonne franquette que j’aime tant, le bric à brac quotidien rafistolé avec le ruban de la chaleur humaine, parfois dure et brutale, toujours honnête, à sa façon.

Les rues Ste-Catherine et Ontario ne font pas de cadeaux. Elles font plutôt des rabais. Travailleuses du sexe dans un cas, bazars et casse-croûtes dans l’autre. Partout, la faune humaine saura vous faire voyager hors de vos repères propres et familiers en vous abordant sans pincettes.

Je connais surtout les tavernes de la rue Ontario. Maintenant que j’habite dans le coin, je pourrai explorer les lieux plus avant, comme on dit dans ces livres que je ne lis plus.

Il existe ici une vie différente du tout Montréal. Hoche, c’est autre chose. Et ça devient une autre chose encore plus riche culturellement, ces jours-ci. Si vous vous y arrêtez de temps en temps, vous connaissez tous les nouveaux cafés, restaurants, boutiques spécialisées grâce aux nouveaux habitants du quartier qui ajoutent à la couleur ambiante. Y’en a pour tous les goûts dorénavant.

Pour ma part, j’ai découvert un endroit où je peux aller quand j’ai envie de ne pas boire de grosses bières syndiquées malgré l’amour que je leur porte. Malgré l’absence de juke boxes du futur, présents dans toutes les tavernes, malgré l’absence de la machine à toutous à offrir à votre future conquête de la soirée. J’ai maintenant « mon » bar de quartier nommé L’Espace Public, au 3632 rue Ontario Est, au coin De Chambly.

On dirait que l’endroit se remplit le soir de ces gens différents, surtout dans la mi-vingtaine début trentaine, les nouveaux Hochelegars et Hochelagirls et Hochelagais. L’air est différent, actuel. La clientèle est franche et directe comme dans tout le quartier, mais avec cette envie de culture plus complexe, et de goûts un peu plus élaborés, en matière de bière je veux dire.

À l’Espace Public, il est possible de s’enfiler de jolies pintes (à partir de 5,75$) ou verres de bières (à partir 4$) de brasseurs Québécois telles l’Affriolante et la Corriveau du Bilboquet, la Traction Ale du Trou du Diable, une succulente bière blonde à 4%. De la Microbrasserie du Lac St-Jean, la Gros Mollet et la Boutefeu, et une blanche, de la Microbrasserie Charlevoix. Il y a aussi deux bières maison, la Rocky IV et la Racoleuse, et un cidre splendide des Vergers de la Colline (5$ le verre, $7 la pinte). Miam. La charmante équipe derrière le bar saura vous conseiller adéquatement.

Ma plus récente présence dans cet endroit eut lieu la semaine dernière. Jaco Junior est venu me rejoindre pour s’installer bien confortablement au coin du comptoir, le meilleur endroit pour bien jauger l’action intérieure et même apercevoir un bout de la rue Ontario, toujours très divertissante jour et nuit. L’Espace Public est peu large mais profond, alors on a croisé toutes les personnes présentes en moins de deux, entre deux vodkas (3,50$ chacune). Les filles du restaurant Les Canailles (3854 Ontario Est) nous ont honorés de leur présence, au grand bonheur de Félix qui ne savait plus où regarder, de Pierre (un des gérants) qui ne savait plus quel shooter offrir à tous, et du Petit Tavernier qui prit contrôle de la musique qui sortait des haut-parleurs.

Si vous voulez sortir dans l’Est passez par ici, vous risquez de tomber sur nous, en train d’inciter au party.

Pas encore de commentaire.
ARCHIVES

CHRONIQUES

Le petit tavernier
Sunny Duval
Le Bureau
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Tirer une conclusion puis sa révérence
Tout le monde est ego
Guillaume Déziel
Psy & Gangnam Style : l’attitude Creative Commons ?
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Le creux des vagues, une chronique psychiatrique