BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Le top 12 « bestov scène locale 2010 »

Le top 12 « bestov scène locale 2010 »

BangBang
23 décembre 2010

Tout d’abord, quelques mots sur la méthodologie.

À l’image de la scène musicale qu’il s’évertue de couvrir, le collectif derrière BangBang a plusieurs voix et encore plus de sons de prédilection. Ce décompte découle d’une myriade de courriels, de dizaines de fichiers .doc et de plus de trois heures de compilation de votes et d’opérations exécutées sur une feuille de calcul Excel. Bref, je n’irai pas jusqu’à dire que le procédé est scientifique, mais disons que la dernière fois que j’ai fait autant de « maths », j’étais en secondaire 4.
- André Péloquin, rédac’ en chef

12 – The UnsettlersOil and Blood : L’ambiance parfois sombre et nostalgique n’a d’égale que l’aspect communautaire de l’œuvre des Unsettlers. Un voyage dans le monde du cirque, des nomades, des esseulés, des marginaux de tout acabit. (Julie Ledoux)

11 - Le HuskyLa Fuite : Plus abouti et mature que son précédent, le porte-étendard local de la pop a accouché de puissantes pièces qui restent dans la tête. (Anne Laguë)

10 – Organ MoodGrands Projets : À l’image de son titre, la première offrande du combo électro inclassable Organ Mood est ambitieuse. En fait, il n’est pas question ici d’un simple CD, mais bien d’une « expérience » sensorielle (à compléter, idéalement, en concert). (André Péloquin)

09 - L’Indice – Le Bonheur : Belle surprise que cette collection de pièces admirablement denses et aventureuses, où Vincent Blain révèle de plus de formidables instincts pop. (Kevin Laforest)

08 – Thee Silver Mt Zion Memorial OrchestraKollaps Tradixionales : Un disque grandiose au sens où la longueur des pièces contribue à créer un monde parfois terrifiant. Un prog rock tout en nuances qui rappelle tant les épopées Pink Floydiennes que l’inventivité des débuts de We Are Wolves. (Julie Ledoux)

07 – JesuslesfillesUne belle table : le jeune groupe rock aura-t-il sa place dans les annales de la scène locale, aux côtés des Breastfeeders, Navet Confit et autres Wd-40? Attendons quelques années. (Anne Laguë)

06 – The Sainte Catherines Fireworks : De punk à rock, peu importe ce disque-là à quand même la marque des Ste-Cath qu’on aime. (Étienne Dubuc)

05 – Jimmy Hunt – Éponyme : Parce que c’est la cerise sur une montagne de chocolat. La pognez-vous? (Éric Dumais)

04 - Lac EstionXXIe siècle : Des textes grinçants sur des musiques accrocheuses à souhait. La version franco du mythique Pinkerton de Weezer? Faites-vous en une idée par vous-mêmes en téléchargeant XXIe siècle gratuitement via le site de l’étiquette Poulet Neige! (Kevin Laforest)

03 – Misteur ValaireGolden Bombay : Groovez du début à la fin sans « skipper » aucune pièce! (Anne Laguë)

02 – Jérôme Dupuis-CloutierGentleman refroidi : Un type de chansons bien personnelles, des accents pop bien travaillés, un registre varié et intrigant pour un si court album. (Julie Ledoux)

01 – Sunny DuvalSein Noir Sein Blanc : Écartons tout de suite la théorie du complot : oui, Sunny Duval collabore avec nous, mais je doute vraiment que cette collaboration mensuelle aille autant influencée nos collaborateurs. Sacré meilleur album rock n’ roll lors du GAMIQ, la galette du « guitar hero » des Breastfeeders surprend par sa variété, ses mélodies bien foutues et ses textes accrocheurs (mention spéciale à « Tu m’appelles même plus quand t’es chaude »). (André Péloquin)

Mentions honorables à : Arcade Fire (bien sûr), Ralf Wiggum (NDLR : le nom est ridicule, mais l’album est une bombe), Sean Nicholas Savage (of course), Suuns (indeed), Karkwa (évidemment) et Will Driving West (yeehaw).

D’accord ou non? Sautez sur la glace avec nous (lire ici: la section «commentaires»)!
Pas encore de commentaire.