BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Le Kid & les Marinellis : L’Allemagne d’abord

Le Kid & les Marinellis : L’Allemagne d’abord

Marie Mello
15 novembre 2012

Après plus de quatre ans d’existence, le groupe de rock’n’roll/garage francophone Le Kid & les Marinellis a enfin un premier album en poche, Les jolies filles, paru sur le label allemand P.Trash. Le chanteur Cédric Marinelli revient sur la (jeune) histoire de sa formation.

En 2009, Le Kid & les Marinellis lançait un 45 tours homonyme. Deux ans plus tard, le groupe proposait de nouvelles compositions aux Francouvertes. Pourquoi avoir attendu si longtemps avant d’offrir un album complet? «Ce n’est pas parce qu’on manquait de tounes pour faire un album, explique Cédric. C’est surtout une question de disponibilité du band et d’argent.» De façon indépendante, la formation a enregistré quelques pistes par-ci par-là durant les dernières années et connu divers changements de musiciens qui ont nécessité une adaptation : «Après quatre ans et demi, j’avais vraiment envie que ça avance. Je me suis entouré d’amis plus motivés, qui ont le temps de pratiquer. Je n’ai jamais été aussi confortable et à l’aise de jouer que maintenant, avec ces gars-là», révèle-t-il avec enthousiasme.

Maintenant que Luc Brien (Les Breastfeeders) n’évolue plus au sein du Kid & les Marinellis, «ces gars-là», ce sont : les guitaristes Ralph Elewani (Shortpants Romance) et JF Martin, le batteur Olivier Jobin et le bassiste Benoît Gromko, qui est parvenu à dénicher un label pour le groupe… en Allemagne. «On a fait un peu l’inverse des autres : on a trouvé un label ailleurs avant d’en trouver ici. Elle est bizarre la scène garage au Québec. En fait, je trouve qu’il n’y en a plus vraiment. Il reste de bons bands, mais le monde est moins ouvert au genre.» Et le choix de chanter en français, a-t-il déjà été remis en question? «À 17 ans, je chantais en anglais et ce n’était pas tellement mon fort!» se moque Cédric. «Sérieusement, je pense que le public est plus ouvert qu’avant aux bands qui chantent dans une autre langue. Davila 666 fait de la musique en espagnol et ça ne les empêche pas de tourner partout. La langue n’est pas une vraie barrière.»

Entièrement franco, Les jolies filles rassemble des chansons enregistrées de 2007 à 2012. Issue du 45 tours, «T’es pas d’ici» date des Jet Five, le groupe formé par Cédric à l’adolescence. «Vingt ans», la toute première composition du chanteur, se retrouve aussi sur l’album : «La version qu’on entend a été enregistrée 5 jours après que je l’aie composée, et j’avais 20 ans pour vrai. Aujourd’hui quand je l’écoute, je trouve que je chante un peu tout croche… J’avais vraiment de l’attitude et je pensais vraiment que j’étais hot», dit-il en riant. C’est probablement ce type de chanson d’inspiration frenchy et sixties qui, très tôt, a valu au Kid d’être associé à Jacques Dutronc, notamment. « Dutronc est une source d’inspiration, le parallèle ne me fâche pas. J’aime encore plus Antoine et c’est sûr qu’il m’a inspiré pour les paroles. Mais de là à dire que ce qu’on fait est pareil… Je pense surtout que les gens qui catégorisent comme ça manquent un peu de repères. Tsé, Jacques Dutronc, il n’avait pas de distorsion!»

L’album comprend aussi des titres plus récents, comme «G.C.», qui correspondent davantage au son actuel de la formation et de la direction que souhaite emprunter Cédric. « Quand j’avais 15 ans, j’écoutais surtout du punk et vers 19 ans je suis tombé dans le garage. Maintenant, je suis plus intéressé par ce qui se fait aujourd’hui. Ce qu’on fait est vraiment moins pop qu’au début, et les suits, c’est fini!», poursuit-il, en référence aux uniformes rétro portés notamment à l’époque des Francouvertes. «Je ne veux plus être étiqueté sixties. On est un band de 2012, et j’ai déjà hâte qu’on lance notre prochain 45 tours.»

En spectacle le 17 novembre à L’Esco, dans le cadre de M pour Montréal

lesmarinellis.bandcamp.com

Un commentaire
  • Alex Leclerq
    16 novembre 2012

    J’adore ce groupe. Je les ai vu en concert une fois et ils ont fais un tres bon boulot. Memes leurs instruments de musique etaient nickels

Laisser un commentaire

iweb