BangBang : bangbangblog.com

Le petit tavernier

La Taverne Jos Dion

Sunny Duval
28 mars 2007

Jour : mardi, 19 heures, juste à temps pour la partie de hockey, mais moi je suis là pour l’ambiance, mettons. J’suis avec Babylone et Baloune, qui eux resteront le regard rivé sur l’écran géant, la larme à l’oeil, la bière au poing à boire les commentaires des commentateurs Jacques Demerde et Alain Crotte tout le long de notre séjour en cette Jos Dion Taverne, soi-disant la plus vieille à QC (1933).

Autres co-équipiers ce soir : Babine, Bizoune, Guidoune 2000. Oui je sais on est une drôle de gang. On boit en mangeant du pop-corn que je suis allé soutirer de la machine où c’est écrit « Mets du sel dans ta veillée ». Baloune préfère vider la salière directement dans son bock d’Ex Mol : « Vraiment pas buvable », dit-il « malgré tout le sel que j’ai mis dedans. Mon gars, tiens-toi-z’en à la grosse 50, pasqu’ici la draft est pas meilleure qu’au Centre Bull. » Words of wisdom.

Sur un air de l’excellent mais excellent Sting, on dessine des faces sur le pop-corn (je vous inviterai au vernissage). Bin quoi, quand je suis à QC, j’ai envie de créer, vous pouvez pas comprendre.

Ici, je recommande une chose : emmène tes propres femmes, pasque ç’a pas trop l’air d’une fourchathèque, j’te jure. Pas très garni en fleurs. (Comme pas mal toutes les tavernes finalement…c’est pour ça qu’après je vais dans un bar. Hé-hé.) Nous on a Guidoune 2000, le dernier modèle printanier (de 1964). Pas trop de rouille. Babine lui reluque la fesse lorsqu’elle se penche pour ramasser son cigaret échappé par mégarde. Elle replonge ses dents jaunes dans le vin rouge.

J’admire les outardes et la tête de chevreuil empaillées sur le mur, ému devant tant de belle viande disparue, l’oreille débordant des rythmes enlevants de Debbie Gibson. Je sais pas si c’est Richard le Bartendeur qui est disc-jockey ce soir, mais si oui il se donne aussi fort que Dan Bigras.

J’aime beaucoup cet endroit, mais à cette heure-ci, c’est un peu trop tranquille. Même pas de bagarre. Juste des bonhommes la larme à l’oeil devant des athlètes qui arrivent pas à la mettre dans le trou.

Oh-oh, enfin un peu d’action. Arrivent Vulverine des X-women, avec son pimp Olymel Bolduc. Elle insiste toujours pour nous montrer sa grande ploune, « aussi longue que large ! » J’ai du sel dans l’oeil.

La Taverne Jos Dion, bas Québec,
près du Boulevard Charrue. Ou dessus ?

Note : j’ai pas perdu ma dignité dans les toilettes de cette endroit.

$ : Grosse Ex $5,25, grosse 50 à $5,75, petite à $3,75, et grosse Laurentide ! $5,75. Oeufs morts dans le vinegar, pour amincir l’émail de la dent : $1,50. Café $2 (on s’en fout).

Dommage que : pas d’alcool fort. (À moins qu’il soit caché ? Pas vu.) Viens pas trop tôt, ou bois gros. Bière en fût pas au goût de Baloune, un gars au goût sûr.

Content de : la collection de bocks, aussi longue que large. Vin rouge pour Guidoune 2000 et Babylone. Photos antiques de la ville, prises bien avant l’arrivée à Québec du groupe Les Restes-de-Table. Décor 3 étoiles. Spectacles occasionnels. 25 sous enlevés sur le prix de la grosse bière à chaque but des Canadiens. (Plein prix tonight.)

11 commentaires
  • Jacques
    15 mars 2008

    Si tu t’emmerde tant, pourquoi tu y vas. D’après ta binette sur la photo tu m’as l’air d’un jeunot pas très enclin à prendre plaisir là ou tu es. Tant pis, moi ne suis un veillot et depuis le temps que j’y vais, c’est le SEUL endroit à Québec ou on peut être tranquille pour prendre une bière en ragardant les filles, jeunes ou moins jeunes. Enfin, peut-être que je n’ai rien compris à se que tu voulais dire, mais moi chez JOS DION, j’aime ça y aller, surtout le jeudi soir, c’est la soirée BLUES,

  • Simon Jodoin
    15 mars 2008

    Ah ah ah! Incroyable! Impayable ce Jacques!… Sunny! Y’a une polémique dans ta chronique! Merde! Sabrons le champagne!

    Moi aussi, ches JOS DION, en majuscule, j’aime ça y aller, câlisse!!! Seul endroit où on peut checker les filles, jeunes et moins jeunes, en paix… Y’a juste des muettes! :-)

    S.

  • Frank
    31 mars 2008

    Moi Jos Dion j’y allais quand c’était encore une taverne de gars pis que les urinoirs on pissait dans une espèce d’auge communautaire. Il faut y aller le 31 ou le premier du mois pour un max d’atmosphère. Ça fait des années que j’ai pas mis les pieds là mais je vais y retourner c’est certain, juste pour une grosse pis un oeuf dans l’vinaigre pis pour regarder les bateaux miniatures qui trônent sur les tablettes en haut des murs. Pour ceux qui veulent regarder des filles, y’a aussi le bar le Dauphin sur la rue du pont. Des moins jeunes pis des plus vieilles, ça dépend des goûts. Santé!

  • Sunny Duval
    12 mai 2008

    bon, maintenant je sais ou pêcher le dauphin à QC

  • Sunny Duval
    12 mai 2008

    woups, l’accent grave est tombé du « u »

  • Chose
    6 mars 2009

    Ya effectivement pas de fort, jme souviens une fois a 2h30am, jvenais de krisser ma job d’esclave la (ashton rue st-jean, en plein rush du jeudi soir) et j’avais soif, j’suis rentré dans la dite taverne et commanda mon frere (Jack) et le gentil barman m’a dit « icitte on sert d’la biére » je suis donc reparti et j’ai soudoyé le commis du depanneur afin qu’il me vende des imitations de vodka, de bailey’s, d’amaretto ainsi que quelques bouteilles de bootlegger au colorant mauve et rouge. j’feelais pas biére de verge..

  • Fion Parfumé
    18 juillet 2009

    Quel récit! Du grand art pour un tel endroit. C’est pas une farce, j’ai le goût d’aller y prendre une grosse 50 drette là…

  • Popol
    13 octobre 2009

    Bonjours a vous !

    Cher Amateurs de biere, J’aurais un service a vous demander ……:

    Dans quel depaneur au centre ville peut on trouver une Quille « Grosse biere » de Laurentide.

    Il me semble que c’est une denree rare qui ne se trouve plus en grosse bouteille .

    Merci et ………. Bonne Broues a tous !!

  • [...] je n’avais pas spécifié que mercredi, après Born Ruffians, on est retourné à la Taverne Jos Dion. Chez Jos, y’a une machine à popcorn, un juke-box numérique, un serveur sympathique [...]

  • les pitounes de chez jos
    13 février 2011

    oublier le soir les boys c est le jour que ca se passe avec un vrai de vrai tavernier pinch inclus vous n aurez aucun regret

  • Denis Côté
    22 novembre 2013

    C’est une taverne que je fréquentais déjà en 1977… Le nouveau patron, Jonathan, y a accroché un tableau de mon père Valmont: la rue Belleau (dans le quartier Saint-Roch). Lui, mon père, n’avait jamais mis les pieds dans cette taverne historique. Mais, il devait quelques fois passer par-là et jeter un coup d’oeil, pour voir si je n’y étais pas attablé.

ARCHIVES

CHRONIQUES

Le petit tavernier
Sunny Duval
Le Bureau
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Tirer une conclusion puis sa révérence
Tout le monde est ego
Guillaume Déziel
Psy & Gangnam Style : l’attitude Creative Commons ?
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Le creux des vagues, une chronique psychiatrique