BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

La Palette : On aura tout vu

La Palette : On aura tout vu

Marc-André Savard
8 novembre 2013

Dans une scène locale en ébullition, La Palette, une étiquette de disques lancée l’été dernier, remue dans tous les sens pour concocter de nouveaux mélanges fumants.

Passez au grenier

À l’origine du bouillon créatif qu’est La Palette se trouvent six spécimens issus de milieux créatifs divers : l’auteure-compositrice Jane Ehrhardt, le réalisateur et musicien Simon Paradis, le réalisateur vidéo Sébastien Ouellet, la designer graphique Anne-Christine Guy, l’auteur-compositeur Gab Paquet et le poète et musicien Renaud Pilotte. «Ça faisait un bout qu’on faisait les choses chacun de notre côté, explique Ehrhardt. On s’est rencontré et on s’est dit que ça serait le fun de mettre nos forces ensemble. Le but est de produire du contenu de toutes sortes, que ce soit des événements, des disques, des vidéos…»

Une décision éclairée qui s’est prise dans la pénombre des Shows de grenier, des spectacles intimistes organisés dans l’entretoit de l’appartement qu’occupe Guy et Paradis, en plein coeur du quartier Saint-Jean-Baptiste de Québec. «Le grenier est vraiment minuscule, explique Ouellet. Tu peux pas vraiment te tenir debout et il rentre presque personne. Tu apportes ta bière pis ton coussin — pour pas que le vieux plancher  te rentre des échardes dans les fesses — et tu regardes le show assis en indien comme un enfant…c’est vraiment intéressant comme ambiance.» Cet esprit communautaire, juste assez bancal pour être charmant, c’est le coeur de la démarche du label. «On tient à ce côté DIY, précise Ouellet. On croit aussi à l’entraide. Aussitôt que tu fais de la musique, tôt ou tard, c’est de nature collaborative. On veut embarquer plein de bands et artistes de plusieurs scènes et horizons différents dans le projet.»

C’est d’ailleurs ce qui a poussé Ouellet à mettre sur pied le premier Cassette Store Day à Québec en septembre. «Le but des Store Days, c’est d’emmener des gens dans les magasins de disques ou ils n’allaient plus. C’est d’être ensemble et de collaborer! Pour l’événement, on a sorti cinq cassettes, toutes faites à la main chez moi, dans mon lecteur.» Rien de trop beau pour la scène. «On aime notre ville, s’enthousiasme Guy, on aime quand la ville bouge et le label est notre manière d’amener de l’eau au moulin!» Et Ehrhardt en rajoute : «Avant tout, on tient à faire des choses non conventionnelles à notre façon. On a tous nos projets personnels plus sérieux, mais La Palette permet de nous défouler, d’expérimenter et d’être spontanés.»

Chercheurs d’art

Tout semble donc permis du côté de La Palette, comme en témoigne le premier album qu’a lancé le collectif cet été; nommé Le St-Jean-Baptiste Country Club, il s’agit d’un mixtape de 14 chansons composées et enregistrées en 14 jours avec plein d’invités et offert avec un fanzine. « Je savais pas trop ce que ça allait donner, rigole Paradis, mais c’était plus épuisant que je croyais. C’est Harley Young qui a eu l’idée initiale de ce projet. La dernière chanson, il l’a chantée couché par-terre avec sa guitare!»  L’épuisement peut mener à faire bien des choses. Vraiment. «On a aussi enregistré une pièce d’art sonore avec deux artistes visuels, poursuit Paradis. On a enregistré 100 sons pis on les a tous mis ensemble!»

«On ne se donne pas de limite, tout dépend de la profondeur artistique, explique Paquet, qui était affairé à produire – à la main, on s’en doute – la version 8-track de son album Sélection Continentale au moment de l’entrevue. «Sortir un 8-track avec téléchargement, y a un paradoxe temporel intéressant qui s’installe, raconte Paquet. C’est sûr que c’est un objet long à produire. Faut remettre le ruban à la main dans le boîtier…»

«Les cds ne se vendent plus, constate Ouellet, les vinyles coûtent trop chers à produire, alors on trouve des alternatives. De toute façon, L’objet physique sert juste de connecteur. T’achètes quelques chose, tu le mets dans ton ordi et tu le mets de côté. Chose sûre, c’est pas fini les affaires bizarres qu’on va sortir!»

On n’en doute pas. On en vient à parler d’une tonne de projets en chantier, d’une soirée karaoké Auto-tune, de la mise sur pied d’un café-spectacle et même d’une maison achetée récemment en Beauce pour pratiquer et enregistrer… «On a beaucoup plus de projets depuis qu’on est tous ensemble, s’exclame Guy, tout sourire. T’as vu les cernes sous nos yeux?!»

Prochain gros événement du côté de La Palette:

Lancement de l’album Sélection Continentale de Gab Paquet
avec Navet Confit
Le 16 novembre 2013
Au  Divan Orange dans le cadre du Coup de coeur francophone

lapalettemusique.com

Pas encore de commentaire.