BangBang : bangbangblog.com

bangbangotest

Guerilla Poubelle passe le BangBangOtest sauce Pouzza

Guerilla Poubelle passe le BangBangOtest sauce Pouzza

Marc-André Savard
17 mai 2013

À quelques jours de nous rendre visite dans le cadre du Pouzza Fest, le groupe français Guerilla Poubelle prend une pause en pleine tournée de l’Hexagone pour remplir un Bangbangotest (ou pour laisser le chanteur de Brutal Chérie vomir, on sait pas trop). Amateurs de galère de musiciens, c’est par ici!

Dernier album écouté?
Till (voix, guitare): On est dans le camion en ce moment (en tournée avec Brutal Chérie) entre Grenoble et Aix-en-Provence, on écoute The First Collection de Lemuria, au calme.

Pour qui rêves-tu d’ouvrir?
Till
: Je rêve pas, je m’en fou, je préfere jouer avec mes potes et découvrir des nouveaux groupes cools !

Quel est le signe incontestable que tu dois arrêter de boire?
Till
: On vient de s’arrêter sur le bord de la route pour que Thierry, le chanteur de Brutal Chérie, vomisse un peu. La soirée d’hier a été musclée. Il n’est pas au mieux présentement. Ça me semble un bon signe.

Ton pire souvenir de tournée?
Till
: Quand on s’est fait expulser du Canada en 2006 et qu’on a dû annuler toute la tournée. Saloperie de permis de travail !

Le show que tu ne te pardonneras jamais d’avoir manqué?
Till:
The Sober Dawn qui jouent en même temps que nous au Pouzza Fest! m’en va verser une petite larme en pensant à eux avant de jouer…

Qu’est-ce qui ne méritait pas de disparaître?
Till
: The Sainte-Catherines !

Quelle cause te tient le plus à cœur?
Till
: Pfff dur à dire. je crois que la situation en ce moment en France autour du débat sur le mariage pour tous me dégoûte pas mal. Il y a plein de manifestations de cul-bénis contre les droits au mariage et à l’adoption pour les homosexuel(le)s. Leurs slogans sont à vomir, les valeurs qu’ils défendent datent d’il y a 100 ans. Ces crétins amènent leurs kids à leurs défilés haineux, leur font porter des pancartes et tout… Je me sens vraiment comme un extra-terrestre face à tous ça.

Téquila des Rats, The Feeding of the 5000 de Crass ou Punks in Drublic de NOFX?
Till:
TÉQUILA! Excellent cet album!

Premier tatouage?
Till:
«Personne n’a raison» sur l’arrière du bras. C’était il y a 5 ans. Depuis, j’en ai pas mal plus… Avant-hier, je me suis tatoué moi-même une superbe chauve-souris-pirate sur la jambe, c’était bien fun!

Qu’est-ce qui distingue la scène punk française de celle du Québec?
Till
: L’accent et le cathering.

La période de la musique que tu aurais aimé vivre?
Till
: Celle-ci, j’en profite très bien, aucun regret.

L’album que tu as le plus écouté dans ta vie?
Till:
Sans doute Destruction by Definition, le premier album de Suicide Machines. Vraiment énorme ce disque !

Le show le plus dangereux auquel tu as assisté?
Till:
Un jour, on jouait à Lille dans une cave avec une canalisation d’évacuation d’eau qui passait au-dessus de la scène. À chaque fois que quelqu’un tirait la chasse, de l’eau coulait sur les amplis et sur les prises électriques. Ça faisait des étincelles, je n’étais franchement pas rassuré !

Ta carrière manquée?
Till:
Musicien

Complète. Je pourrai mourir heureux quand…
Till:
je serai mort.

Guerilla Poubelle sera du Pouzza Fest, ce soir, aux Katacombes, à 1h du mat’.

www.guerilla-asso.com

Pas encore de commentaire.