BangBang : bangbangblog.com

bangbangotest

Get The Shot passe le fameux BangBangOTest entre deux shows et un lancement!

Get The Shot passe le fameux BangBangOTest entre deux shows et un lancement!

Marc-André Savard
11 avril 2012

«Coupe dans le gras, coupe le couplet, coupe le refrain, coupe le bridge en deux…» C’est à peu près comme ça que Keith Morris (Circle Jerks, Black Flag) décrit la musique hardcore dans le documentaire American Hardcore. C’est aussi ce qu’avait en tête le groupe de Québec Get The Shot quand il a composé Perdition (un deuxième album qui sera lancé ce mercredi à l’Esco). En effet, ce groupe adore la vieille école, et dans ce BangbangOTest, on apprend même que JP, le chanteur, éprouve un ardant désir de se faire tatouer Henry Rollins dans un univers…pas si hardcore que ça.

Dernier album écouté?

J-P (voix): Hard Feelings de Minus.
Dany (basse): Tycoon de No Trigger.

Pour qui rêves-tu d’ouvrir?

J-P: Trial
Dany: Good Riddance

Le label sur lequel tu serais honoré de faire paraître un album?

J-P: Deathwish Inc.
Dany: Bridge 9 Records

Quel est le signe incontestable que tu dois arrêter de boire?

J-P : Reformulons la question autrement : pourquoi devrait-on nécessairement boire ?
Dany: Quand tes pieds enflent, c’est que tu es près de la cirrhose!

Ton pire souvenir de tournée?

J-P : La salubrité douteuse des toilettes de certains clubs ontariens.
Dany: Tomber en panne dans le nord de l’Ontario, être remorqué à Wawa, être coincé là-bas durant une semaine, pas un rond en poche et être obligé de camper dans le stationnement de GM pour l’occasion.

Quelle équipe de sport professionnel supportes-tu?

J-P: Les Harlem Globetrotters.
Dany: Bruny Surin et ses cuisses.

Le show que tu ne te pardonneras jamais d’avoir manqué?

J-P: In My Eyes au Edge Day 2000.
Dany: Le dernier show de Have Heart.

Le show le plus dangereux auquel tu as assisté?

J-P: Haymaker à Montréal en 2005. Le jour où les poubelles et les divans apprirent à défier la loi de la gravité.
Dany: Mute à La Baie, pour les Saguenéens en état d’ébriété.

Qu’est-ce qui ne méritait pas de disparaître?

J-P : Le sens critique de la plèbe, la ferveur insurrectionnelle de la communauté punk et bien évidemment, Mufasa.
Dany: Ma silhouette fringante de la jeune vingtaine.

Background Music de American Nightmare, In This Defiance de Strife ou Out of Step de Minor Threat? Pourquoi?

J-P: Question perfide! Sans vouloir enlever quoi que ce soit à American Nightmare ni à Strife, qui sont deux de mes groupes favoris, je n’ai d’autre choix que de plaider en faveur de Out of Step. Car rien de ce qui entoure Background Music ou In This Defiance n’aurait seulement été possible sans Minor Threat.
Dany: Out of Step de Minor Threat. Simple, rapide, efficace.

La période de la musique que tu aurais aimé vivre?

J-P : Les années 1980 à 1986. Pour l’effervescence et l’esprit de révolte qui habitait alors le milieu hardcore/punk.
Dany: J’aurais aimé vivre dans les années 50. J’aurais adoré me tenir sur le côté de mon hot rod en peignant mes cheveux graisseux tout en écoutant le King.

L’album que tu as le plus écouté dans ta vie?

J-P : Operation Phoenix de Good Riddance.
Dany: Dookie de Green Day.

La chose la plus marquante que tu aies vue sur un plancher de danse?

J-P : Dany.
Dany: J-P.

Premier tattoo?

J-P : Henry Rollins chevauchant cavalièrement une licorne sous une pluie d’étoiles filantes. Que dis-je ? Ce n’est pas ma vie mais bien celle que j’aurais voulu vivre.
Dany: Mon premier tattoo était un minuscule logo de Green Day tatoué par un motard à la pointe d’une vieille aiguille souillée.

Ta carrière manquée?

J-P : Carrière ? Travailler ?
Dany: Musicien.

Compléter. Je pourrai mourir heureux quand…

J-P : Quand Arielle Grenier aura pris conscience de son insignifiance morbide.
Dany: Quand j’aurai trouvé réponse à cette question.

Lancement de Perdition de Get The Shot à l’Esco, mercredi le 11 avril 2012, avec Headcheck et Nine Eleven. 20h, 6$. Une présentation du Pouzza Fest.

gettheshot.bandcamp.com

Un commentaire Laisser un commentaire

iweb