BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

FMEAT 2013 - Jour 1: Le rendez-vous manqué

FMEAT 2013 – Jour 1: Le rendez-vous manqué

Cassandre Caron
31 août 2013

J’ai vécu mon premier FME il y a 2 ans, et mon expérience m’a transcendée (sans exagérer).  C’est donc avec une excitation démesurée que j’envisageais ce week-end abitibien de musique déjantée, de douce folie et de moments saugrenus.

Fail #1. Peu familière avec la route rouyn-norandienne, ma pilote et moi passons devant la sortie pour prendre la 15 sans nous en rendre compte, trop préoccupées par le verse de Once upon a time (Dead Obies) qu’on chante à tue-tête… Une heure trente plus tard et dans la bonne direction: la route est longue, il pleut des cordes, j’ai vu un carambolage live, mais rien ne peut affecter mon moral d’acier.

Enfin arrivée à Rouyn! Nouveau départ, le soleil est de mon bord, et je gagne une place pour assister au concert sold out des mythiques Blonde Redhead, yeah! En attendant, je me rends au lancement du deuxième album d’Alex Nevsky au Cabaret de la dernière chance. Spectacle gratuit oblige, la salle est bondée, l’humidité et la chaleur atteignent des sommets inégalés, et le spectacle tarde à commencer. Je perds ma place en allant me commander une bière, donc je profite du concert comme je peux. Si je suis chanceuse, je peux apercevoir le reflet de Nevsky dans le miroir en m’étirant le cou. Tant pis, je tends l’oreille à la place. Niveau musical, Nevsky reste dans son registre sucré de chansons pleines de bons sentiments. Pas mauvais, mais pas mon style.

Je vais me ressourcer pour Blonde Redhead, qui commence à minuit au Paramount. J’avoue ne pas être une experte de la discographie du trio, mais leur réputation les précède et j’ai un bon feeling. Selon ce que les adeptes connaisseurs du trio m’ont dit, leur musique se divise en deux grands segments, le premier plus expérimental (beaucoup de comparaisons avec Sonic Youth), puis le deuxième, plus doux et élégant. C’est donc enveloppés d’une belle lumière bleue que les membres de Blonde Redhead ont puisés dans les pièces plus soft de leur registre, offrant une prestation froide et très relaxe, sans interaction avec le public. Un peu trop relaxe pour moi d’ailleurs, qui aurait eu besoin de quelque chose d’un peu plus… stimulant pour me réveiller. Je me dis alors que je ne connais pas assez les chansons du groupe pour apprécier, mais lorsque je regarde autour de moi, les gens jasent de plus en plus fort, et la salle se vide peu à peu. Pas le choix d’aller noyer ma peine de ce premier rendez-vous manqué au Bar des chums, avec une grosse Labatt 50. Demain est un autre jour!

Photos Alex Nevsky et Blonde Redhead : Christian Leduc / FMEAT

Pas encore de commentaire.