BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Fin. - ¡Buenas Noches Gringos!

Fin. – ¡Buenas Noches Gringos!

BangBang
18 décembre 2012

12-12-12.12:00.

Alors qu’en occident des groupes se mobilisent via Facebook pour la construction de préaux (cours intérieures supposées protéger des séismes), Esteban et Zia mangent des paletas con coco crema sur la place publique d’un pueblo perdu.

Les bikers de la vierge Guadaloupe (tradition voulant que des jeunes partent en pèlerinage et portent un flambeau sur des kilomètres à vélo ou à la course et en portant des statues de 8 tonnes) sont au climax de leur ferveur catholique et nous, nous sommes un peu frus.

Nous comptions nous taper une première apocalypse en VIP, sur un site maya de malade nomme Uxmal. À 166 pesos la tête on choisira plutôt le popsicle au soleil. Y’avait aussi un cue pour rentrer gretis avec un plan fait par un franco-américain qui, 30 ans plus tôt c’était fait jeter dehors du petit village où nous étions la veille, un repère important lors de la guerre des Castes qui décima une bonne partie de la population maya du Mexique. Après de longues recherches sur le site, si peu discrètes qu’à la fin les gardes nous appelaient par nos noms, nous avons laissé tomber le plan et avons déniché ce pueblo avec, en trame de fond, un mélange de Gangnam Style sur repeat et de chants cathos.
Arrachés à la transe, nous sommes finalement repartis pour nous enligner sur les ruines de Mayapan.

Nous pensions arriver fashionably late pour les célébrations mais les derniers illuminés, tout de blanc vêtus, désertaient à pas de tortues qui fument du pot, remontant en groupe dans leurs gros autobus immaculés.

Par chance, comme les prophéties ne sont pas encore cotées en bourse, quelques chamans étaient encore là à remballer leur calendriers autographiés pour nous jaser un brin.

On nous dit qu’en ce jour où les cathos fêtaient la vierge et que de nombreux ésothériques-à-cinq-sous occidentaux craignaient le pire, les Mayas eux fêtaient la rencontre de l’Aigle et du Condor, signifiant la venue de l’union de l’humanité.

O, enfants du peuple de l’aube,
O, enfants du peuple du livre,
Je viens à vous, moi, le témoin du temps,
Pour vous rappeler, surtout le jour de vérité,
Que vous êtes un par origine et que,
Au jour de vérité,
Il vous faudra redevenir un.

– Pacal Votan

Au rythme des processions on est arrivé de nuit dans le pueblo d’Acanceh.

Comme set up, ce soir, les habitants avaient érigés une arène de fortune ou toréadors et taureaux jouaient à  »c’est qui le plus fort ».

Nous autres on prenait pour les taureaux parce que les deux c’est notre signe astrologique.

Au coeur de cette corrida, entre cowboys mexicains et trombonistes faux, se dressaient comme les Twin Towers, une église coloniale franciscaine (les franciscains sont les méchants de l’histoire de la conquête spirituelle du Yucatan) et une step pyramide maya.

Première fois qu’on voyait des Mayas se saouler la face. C’est correct épeurant. Pour la première fois du trip on feel pas top en sécurité et comble de malheur notre premier nachos mexicain nous rend même nostalgique des Doritos. Dans notre hôtel total rose flamingo ça sent le gros caca pis y a du sang sur l’oreiller. Buenas Noches gringos!

Pas encore de commentaire. Laisser un commentaire

iweb