BangBang : bangbangblog.com

Le petit tavernier

En vacances sur la Côte Nord

En vacances sur la Côte Nord

Sunny Duval
24 août 2012

Le Petit Tavernier est en vacances. Entre Forestville et Baie Comeau, entouré de forêt sur le bord du Fleuve qui, ici, s’appelle « la mer ».

Que de parfums magnifiques s’élèvent au vent, chauffés par le soleil presque quotidien qui donne un teint de marin au petit tavernier bien peu vêtu, malgré la fraîcheur de la brise. Profiter des derniers rayons estivaux.

Ouais, une semaine loin de ma ville, loin de mes chers bars et tavernes et amis que j’entends crier depuis la métropole «Reviens-nous vite!». Je reviendrai bien assez tôt, le sang salin et les yeux chargés de bleu.

Ici, mes amis sont très discrets : canards domestiqués dans la grande mare des voisins, tamias (tsé, les fameux p’tits suisses), un lièvre pas très nerveux que Doudou a baptisé « Bradley ». Bradley vient grignoter autour de notre chalet loué. Je sais pas s’il aime les baies sauvages autant que moi, mais il y a abondance de canneberges, framboises et bleuets à nos pieds. (Vic a pas voulu goûter les canneberges.) De multiples petits oiseaux de marques non identifiées jusqu’à présent visitent la mangeoire sur la galerie. Mangeoire où le très furtif « polatouche » (un écureuil volant!!) vient se faire un gueuleton dans la nuit noire. On l’a vu deux fois.

Et l’alcool dans tout ça, me demandez-vous? Il y a un bar au village, de la taille d’une maison mobile avec un grand stationnement en garnotte en face, ça s’appelle le « Studio Bar Charron, musique danse karaoké spectacle » et sur le panneau dehors c’est écrit, tel quel :

REST  O   B  AR

OUVERT

I        I  hrs

Comme je suis en vacances, je n’irai pas au Studio Bar Charron, même si ça me démange de curiosité, gnnnn. Non, le petit tavernier et son entourage familial font plutôt le plein de denrées liquides tous les deux jours au mini village à deux kilomètres du chalet, au dépanneur-épicerie-station service-club vidéo. Canettes d’Ex, carton de belles Labatt Porter (mes favorites) bien brunes, gazeuses et sucrées. Vin blanc, vin rouge râpeux –plutôt que de le verser dans l’évier, je verse le dernier verre au pied du poirier dans la cour. Un mini hommage à Belle-Maman disparue il y a quelques années, xxxxxx. C’est aussi une façon de remercier la Nature pour ce qu’elle nous donne. Cycles de vie.

Nous nous procurons également quelques bières sans alcool. Ce type de breuvage fait maintenant partie de l’existence du petit tavernier, qui le jour aime parfois un breuvage à bulles sans l’euphorie si plaisante (qui emmène souvent l’envie de nombreuses bulles supplémentaires étalées sur plusieurs heures!). Ce même type de boisson est aussi utile lorsqu’il est tard et que l’envie de bière(s) de gourmandise est puissante et se fait très souvent regretter le lendemain.

Pour les belles soirées de chalet-de-bord-de-mer avec mon amoureuse, nous avons dans notre trousse un peu de cette herbe à feux d’artifices qui altère les sens de splendide façon. Un beau complément à l’humain, gracieuseté de la Nature, encore une fois.

Il y a ici dans le ciel un million d’étoiles, presque autant de baies dans le bois, de coquilles dans le sable et d’insectes dans les airs.

En direct de ce paradis Québécois, le Petit Tavernier vous souhaite que cet été parfait se termine en beauté.

Et vous dit : on se relit dans trente jours!

Un commentaire
ARCHIVES

CHRONIQUES

Le petit tavernier
Sunny Duval
Le Bureau
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Tirer une conclusion puis sa révérence
Tout le monde est ego
Guillaume Déziel
Psy & Gangnam Style : l’attitude Creative Commons ?
Mon chat s'appelle Paul Sarrasin
Patrick Dion
Le creux des vagues, une chronique psychiatrique