BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Crabe: Tout sauf fade

Crabe: Tout sauf fade

Kristof G
2 avril 2010

On ne vous apprendra rien en vous disant qu’un crabe est un crustacé. Plusieurs ont présentement l’eau à la bouche s’imaginant en tremper dans le beurre à l’ail des bouts fumants, alors que d’autres sont toujours aussi dégoûtés à l’idée que les premiers adorent se salir les mains en décortiquant à mains nues cette hideuse et rougeâtre créature. Autant au niveau auditif que gustatif, il semble que tous les goûts soient dans la nature. On peut supposer que certains mélomanes ont souri lorsqu’ils ont vu – sur l’affiche du concert de ce soir de l’icône punk Jello Biafra – qu’un groupe de musique – récemment signé sur l’étiquette Signed By Force (Bionic, Starvin Hungry, Red Mass) – avait choisi ce drôle de nom pour les représenter. Rencontre avec David Dugas-Dion (batterie) et Martin Hoek (voix et guitare), autour de non pas une assiette de fruits de mer mais bien d’une petite bière.

Jeunesse sonique

L’histoire débute en 1997 dans le coin de Valleyfield/Coteau-Station. L’un fait découvrir à l’autre les bienfaits de Sonic Youth. En résulte leur toute première collaboration : une reprise de la pièce « Brother James » (du disque Confusion is Sex) interprétée comme travail de fin de session lors de leur cours d’option musique. Depuis, les gars jouent fréquemment au sein de projets de tout acabit :  grindcore instantané avec Brutal Gooch, rap parodique avec Cuch Clan, improvisation libre avec Les Freebeez, expérimentations patraques avec Logodrache en passant par la «musique émotionnelle tout croche » (selon Hoek) d’Empty Brother Paul.

Aujourd’hui disquaire, Dugas-Dion occupe aussi ses temps libres en gérant sa propre étiquette « artisanale » (dixit le principal intéressé) : Cuchabata Records. Le jeune label lancé en 2003 compte déjà à son actif une cinquantaine de parutions maisons, incluant celles de  Bière et Cacahouètes, Couteau de Laitier et La Forêt Rouge (un autre insolite projet de Dugas-Dion).

Panier de Crabe(s)

Inspirés par des duos tonitruants comme Hella et Lightning Bolt, les deux musiciens forment leur groupe crustacé en 2007. Le projet devait initialement être instrumental… jusqu’au jour où Hoek s’est remis à écrire de colorés textes. Crabe, pince-moi, pourquoi ce choix? « Parce que ça sonne un peu crasse et qu’on aime beaucoup les noms de bands avec des animaux », lâcha Dugas-Dion, avant que Hoek avoue qu’ils ont faillit se nommer Lyne « mais c’était trop intense ».

Parallèlement à Crabe, ils œuvrent aussi avec les formations David in the Woods et David and the Mountain (folk/prog/psych, avec Dugas-Dion à la guitare et à la voix et Hoek à la batterie) et Jess Roze (rock alterno à la ‘90s, avec la copine de Hoek au micro).

Que la Force soit avec Crabe

Et ce deal avec Signed by Force? Tout a commencé quand Hoek a mis un ampli de basse en vente sur un site web. Emily Jayne de Devil Eyes (formation aussi sur cette étiquette) se l’est procuré et s’est intéressé au groupe de Martin. Elle a ensuite recruté Crabe pour un show au Divan Orange. Ramachandra « DJ Ram » Borcar – gourou du label – a assisté au concert et fut lui aussi séduit. Il leur aurait lancé, après la prestation que : « vous êtes LE groupe que je cherchais ». Pas mal.

En vue de la sortie prochaine de leur premier album (cet été), les gars sont présentement en train de réenregistrer leur deuxième album, intitulé Ero Gaki – qui signifie « jeunes pervers » en japonais. Lorsqu’on les force à se catégoriser, Hoek laisse tomber le terme « math punk ». Dugas-Dion avance que c’est « un genre de musique qui pourrait accompagner un film de Takashi Miike».

Les gars abordent ensuite leur patelin. « On a rapidement pas mal saturé l’endroit : (…) on jouait pour notre gang de chums et les habitués du bar nous haïssaient (…) t’sais, Nickelback, c’est LE band [populaire] à Valleyfield », notait Dugas-Dion sans pour autant se moquer des goûts musicaux de ses compatriotes campivalenciens. De plus, malgré les 70 km les séparant de la métropole, « on est prêts à venir faire 2 shows par semaine s’il le faut ». Pourquoi? « On fait ça par qu’on aime ça ». Tout simplement.

Vendredi le 2 avril au Studio JPR, avec Jello Biafra et Slobs, samedi le 3 avril à la Casa del popolo avec Nutsak, le 24 avril à l’Esco avec Oromocto Diamond et le 14 mai à l’Esco avec Devil Eyes.

myspace.com/crabecrabe

Photo : Lorraine Price

5 commentaires Laisser un commentaire

iweb