BangBang : bangbangblog.com

Reportages et entrevues

Cold North : Cœur de glace

Cold North : Cœur de glace

Marc-André Savard
7 mai 2010

C’est lourd, c’est froid, ça gueule fort et ça vient de Québec. Non, il ne s’agit pas du maire Labeaume qu’on a enfermé dans une chambre froide, mais bien de Cold North, une formation hardcore issue des cendres de quelques groupes méchants, méchants de la capitale (dont Words). Quelques jours avant leur premier show à Montréal, on s’entretient avec les cousins Adam (voix), Will (guitare) et Léon (basse) ainsi que Vincent (l’autre guit’) et Gab (percussions).

L’hiver amplifié

Le band s’appelle Cold North et le démo, Glaciers, regroupe des chansons telles que « Cold-Hearted » et « Icepick». Y a un concept ici ! D’où vient cette obsession pour le froid? Gab se lance: « Le froid et nos hivers forment nos caractères. L’état parfois dépressif relié à l’hiver rend productif musicalement et au niveau des paroles. C’est le fun d’avoir un fil conducteur…» Vincent poursuit: « …mais le prochain album va sûrement s’appeler Summer et avoir comme pochette quelqu’un qui cale son ski-doo dans le lac». Summer? Come on, appelez-le Glacière, ça fait plus camping estival et un lien avec le nom du démo…Bon ok, c’t’une idée de marde…

Bien que le groupe soit formé de francophones (quatre des cinq gars proviennent du fin fond des régions du Québec), toutes les chansons – et même les tweets – sont en anglais. Paradoxe commun, mais expliquez-vous quand même.

Gab tranche «L’anglais est la langue de l’hardcore, point. Ça manque un peu d’edge agressive, le français en musique» Vincent sable les coins «Quoique Le Kraken fait une bonne job [en français]» Will se fait fataliste : « Le problème, c’est que le français est une langue boudée dans le punk et le hardcore. Je pense que si on veut rejoindre plus de monde, on n’a pas le choix. Dans cette scène-là, les gens sont critiques et boudent facilement un band. Il faut mettre les bouchées doubles et donner un bon show», «On a la chienne sûrement» rajoute Vincent en faisant un petit pipi de peur sur le tapis. Adam précise: « Je ne vois aucun problème avec le fait que c’est en français, en anglais, en arabe ou dans la langue de Scooby-Doo, pourvu que le message ait du sens pis qu’il y a du monde qui peut se reconnaitre là-dedans!»

Le retour du ruban

À ce moment, la discussion dérape sur une plaque de glace et s’enflamme. Le groupe écorche plusieurs groupes locaux mercantiles qui collectionnent les logos de commanditaires sur leur page MySpace. Voyez-vous, le groupe évolue avec un esprit punk DIY à couper au couteau. Selon Gab, « On est toujours mieux servis par soi-même. Il faut avoir confiance!» L’éthique old school dans l’tapis, quoi.

Cold North a même lancé son démo autoproduit…sur cassette! Lancer une boîte à ruban en 2010?! Vincent s’étonne «C’est surprenant! On a fait une centaine de cassettes et y en reste qu’une trentaine. L’aspect « objet de collection » est intéressant. Les CDs, ça vend p’us, mais j’ai eu une vision hier soir : en 2015, les CDs seront les prochains vinyles!»

Le DIY a cependant ses limites; la cassette a été produite par une compagnie spécialisée: Amtech, basée à Montréal (hé oui, les machines à dupliquer des cassettes ne sont pas toutes aux vidanges!)

Pascale «Pick Hard»

Malgré un son lourd et des compos toujours plus agressives, est-ce que Cold North pense flirter avec le death metal qui jouit d’un engouement monstre ces temps-ci? « J’ai fait quelques tournées aux States avec des bands de death metal. La demande est là et l’assistance achète beaucoup de merch, mais on s’en va définitivement pas là », confirme Gab. À propos, ce drummer a aussi été technicien de son pour Dying Fetus, Behemoth, Suffocation et Job For A Cowboy pour ne nommer que ceux-là. Bon CV, mais Will le ternit un brin : « Gab est tech’ pour Pascale Picard aussi». Woah ! Ça ramollit un pedigree ça !

«Pick Hard», corrige Vincent.

Bon ok, ça passe…De toute façon, Cold North est loin de fermer les amplis pour pleurer sur fond de guit’ sèche. Très loin.

Cold North avec Ruiner, Make Do and Mend et Crimson Redé Dimanche 9 mai 2010 à l’Underworld, dès 19h30. Une présentation d’Extensive Entreprise.

Un commentaire
  • Rick
    7 mai 2010

    jaime meiux coeur de loup lol