BangBang : bangbangblog.com

Disques

Basia Bulat - Tall Tall Shadow

Basia Bulat – Tall Tall Shadow

Julie Ledoux
2 octobre 2013

Basia Bulat
Tall Tall Shadow
Secret City Records

Trois ans après Heart of My Own, la chanteuse folk pop canadienne Basia Bulat récidive avec Tall Tall Shadow, un disque plus pop que folk, mais toujours empreint de la douceur de la chanteuse, aidée de Tim Kingsbury (Arcade Fire) et Mark Lawson (Socalled, Arcade Fire, Colin Stetson).

Dès l’ouverture, la pièce titre «Tall Tall Shadow» propose une mélodie toute indiquée pour se retrouver dans une scène de série américaine chouchou où le personnage principal prend les rênes de sa destinée. C’est dit : Bulat doit impérativement avoir sa toune dans la nouvelle saison de Orange is the New Black ou toute autre série que je ne connais pas mais qui semble plaire à tous. Accrocheur à souhait, donc, avec un refrain qu’on scandera longtemps encore après son écoute.

Avec des pièces à la «Five, Four», Bulat rappelle qu’elle sait composer des textes riches, aux composantes mélodiques invitantes (autant à l’autoharpe qu’au piano) mais tout aussi personnelles. Les «Promise Not To Think About Love», «Someone» et autres «It Can’t Be You» ou «Wires» demeurant les plus oubliables du lot, on se rabat sur les plus fortes, de la pièce titre à «The City With No Rivers», «From Now On», ou encore «Paris or Amsterdam» et la déchirante «Never Let Me Go». Bref, inégal, mais agréable.

En explorant les limites du folk qui fait son succès, en passant aisément de l’acoustique à l’électronique et l’électrique, Basia Bulat signe un album qui se révèle dans toute sa fougue après quelques écoutes. Enfin, Tall Tall Shadow reste un album fort accrocheur qui dépassera sans aucun doute nos frontières, encore une fois.

3,3/5

Basia Bulat est présentement en tournée, Tall Tall Shadow sous le bras, avec la formation Evening Hymns. Le 4 octobre au Cercle, à Québec, et le 5 octobre au Théâtre du Centre National des Arts d’Ottawa.

Pas encore de commentaire.